Courrier de Portneuf Journaliste

Portneuf mène le bal pour la hausse des prix des chalets

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
Portneuf mène le bal pour la hausse des prix des chalets
Le marché immobilier récréatif est en effervescence dans Portneuf et dans la Jacques-Cartier.

La région de Portneuf a connu la plus importante hausse des prix pour les chalets au bord de l’eau au Québec en 2019 et les prévisions pour 2020 la place encore en tête des 12 régions étudiées par Royal LePage.

Le prix de la propriété récréative moyenne au bord de l’eau a bondi de 18% dans Portneuf de 2018 à 2019 et Royal LePage prévoit une autre hausse de 12% en 2020.

Selon l’étude, le prix de ces propriétés est passé de 190 000$ à 224 000$ alors que le prix médian global des maisons unifamiliales sur le territoire, qu’elles soient bordées ou non par l’eau, s’établit à 180 000$. Les régions des Pays d’en-Haut et de Papineau suivent avec des hausses respectives de 11,7 % et de 11,2 %, pour atteindre 335 000 $ et 200 000 $.

«Avec ses nombreux lacs, sa proximité avec la ville de Québec et sa réputation de marché de villégiature, il n’est pas surprenant que le prix des propriétés riveraines dans Portneuf ait connu le plus important taux d’appréciation dans la province», a expliqué la courtière immobilier de Royal LePage Inter-Québec, Sandra Tremblay, dans un communiqué. Selon elle, les acheteurs ont privilégié les propriétés plus haut de gamme dans Portneuf au cours de la dernière année. Le profil type des acheteurs dans la région se résume souvent à des professionnels entre 40 et 60 ans qui veulent préserver leur proximité avec la ville, tout en profitant d’un environnement sans stress, près de la nature, ajoute-t-elle. Cette clientèle cherche souvent à en faire sa résidence permanente.

Plus on se rapproche de Québec plus le prix des propriétés grimpe, indique Mme Tremblay. Une propriété située au lac Blanc à Saint-Ubalde se vend autour de 300 000$ et celle au lac Sept-Îles à Saint-Raymond près d’un demi-million. La courtière prévoit que les ventes de propriétés augmenteront de 10% au cours des 12 prochains mois.

La Jacques-Cartier

La région de la Jacques-Cartier remporte la palme des ventes avec une hausse de 32 % et après la région de Memphrémagog, en Estrie, c’est elle qui affiche les prix médians des propriétés unifamiliales riveraines les plus élevés en 2019. Ils ont augmenté de 9,6 % pour atteindre 400 000 $, comparativement à un prix médian de 280 000 $ pour l’ensemble des propriétés unifamiliales sur le territoire. «Le marché immobilier récréatif de la couronne nord de Québec fonctionne à plein régime, explique Marc Bonenfant, courtier immobilier, Royal LePage Inter-Québec. La nouvelle vague d’acheteurs est bien souvent des professionnels et des familles qui souhaitent s’éloigner de la frénésie de la ville.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des