Des citoyens de Saint-Ubalde veulent sauver leur source

Photo de Stéphane Pelletier
Par Stéphane Pelletier
Des citoyens de Saint-Ubalde veulent sauver leur source
La présidente et le vice-président de l’Association des Riverains du Lac Blanc, France St-Germain et Gilbert Lavoie ont présenté la problématique de la source de la Chapelle au maire de Saint-Ubalde, Guy Germain et au député sortant, Vincent Caron. (Photo : Stéphane Pelletier)

L’association des riverains du Lac Blanc, ainsi que plusieurs citoyens, demandent au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et à la municipalité de Saint-Ubalde de sauver la source qui les approvisionne en eau potable.  

« C’est un peu une catastrophe pour les gens d’ici de se faire dire que la source va être démantelée. Elle répond aux besoins de base en approvisionnement en eau potable de plusieurs citoyens du secteur », soutient la présidente de l’Association des Riverains du Lac Blanc, France St-Germain. 

Assumer la responsabilité   

La municipalité a assumé les coûts des tests de qualité de cette eau au cours des sept dernières années, selon une fréquence bimensuelle. « La municipalité a cessé de faire les tests cet été. Le problème numéro un, c’est que la source est installée sur des terres de la Couronne. Le problème numéro deux, c’est que le ministère de l’Environnement nous dit que, comme elle approvisionne un certain nombre de personnes, elle est soumise aux règlements sur l’eau potable. Ce n’est pas parce que l’eau n’est plus potable. C’est que personne ne veut assumer la responsabilité », résume Mme St-Germain. 

400 personnes boivent son eau 

Depuis plus de 30 ans, la source de la Chapelle alimente plus d’une centaine de foyers en eau potable qui ne profitent pas d’un service d’aqueduc. Plusieurs riverains qualifient ce service comme étant essentiel. « En tout et partout, il y a peut-être de 300 à 400 personnes qui boivent l’eau de la source. Il faut forcer le ministère de l’Environnement à accepter que les tests continuent jusqu’à ce que la solution finale soit trouvée. Il y a trop de monde qui dépend de cette eau », exhorte Gilbert Lavoie, vice-président de l’Association des Riverains du Lac Blanc. 

Selon des informations préliminaires collectées par les riverains, les coûts nécessaires à la mise aux normes de la source pourraient être subventionnés jusqu’à 80 %. À la demande des citoyens, le député sortant Vincent Caron, qui était sur place mardi dernier, s’est engagé à accompagner les résidents et la municipalité de Saint-Ubalde afin de trouver une solution. « C’est important de s’assurer que la qualité de l’eau que vous prenez ici soit en adéquation avec les exigences de la Santé publique », a souligné M. Caron tout en s’engageant à rechercher les financements disponibles.  

Trouver une solution  

Également présent à la rencontre qui a mobilisé une trentaine de citoyens, le maire de Saint-Ubalde, Guy Germain, a précisé que la Ville voulait trouver une solution au problème. Jeudi, lors d’une rencontre, les élus de Saint-Ubalde et les représentants des associations des lacs de la municipalité se sont entendus sur la nécessité d’une rencontre conjointe avec les ministères concernés. Cela afin de préciser la nature de leurs exigences respectives à l’égard d’une prise en charge de la source par la municipalité.  

Les tests de la qualité de l’eau, qui avaient été interrompus en juillet reprendront, le temps nécessaire pour étudier la faisabilité de la prise en charge et de la mise aux normes de la source, afin de satisfaire aux exigences du ministère de l’Environnement et de la Santé publique. Une mise en garde sera installée à la source, afin d’aviser les usagers qu’il est préférable de faire bouillir l’eau. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Caroline
Caroline
9 jours

Bravo et merci aux citoyens qui s’impliquent dans ce dossier !!