La grêle s’invite dans les vergers de Portneuf

Photo de Courrier de Portneuf
Par Courrier de Portneuf
La grêle s’invite dans les vergers de Portneuf
Une violente averse de grêle a secoué la région de Portneuf jeudi après-midi, une des pires tempêtes du genre depuis des décennies. Photo - Facebook

Une violente averse de grêle a secoué la région de Portneuf jeudi après-midi, une des pires tempêtes du genre depuis des décennies.

Michel Harvey

Des vergers de Deschambault-Grondines ont vu leurs récoltes ravagées en bonne partie.  C’est, notamment, le cas des Jardins d’Eschambault où une importante section des vergers sont véritablement perdue.

Rejointe par le Courrier, Pamela Groleau ne peut que constater les dégâts.  Celle-ci qui est propriétaire depuis six ans, était sur la route au moment où l’épisode de grêle a frappé ses terres pendant une dizaine de minutes.

« Dans la pomme d’été, c’est définitivement une perte totale », racontait Madame Groleau, 24 heures après les événements.  « On s’attend aussi une grosse majorité de perte dans la pomme d’automne.  C’est 80 à 90 pour cent de pertes de ce côté-là ».

Cette situation aura des répercussions pour la ferme familiale.

« On ne sait pas comment les fruits vont évoluer; les fruits vont grossir avec les blessures dû aux grêlons.  Ça peut engendrer une porte d’entrée pour les maladies fongiques ou les insectes ravageurs », mentionnait la propriétaire.

« C’est dans les prochaines semaines que l’on va voir comment le verger encaisse le choc ; c’est voir comment vont se développer ces plants-là ».

Au niveau de la production maraîchère, Pamela Groleau qui opère en biologique, réalise aussi que les pertes sont totales au niveau des aubergines et poivrons.

« C’est la porte d’entrée pour les maladies quand il y a des blessures aussi sévères », soutenait celle qui possède une terre de 22 hectares dont un peu plus de deux hectares de culture de verger.

« On a fait beaucoup d’investissement au niveau de la biodiversité et on travaille avec de la petite machinerie autant que possible ».

Madame Groleau chiffre ses pertes autour de 10 à 15 000 dollars.  On est une petite entreprise, ce sont des revenus secondaires mais c’est environ 60 pour cent de son chiffre d’affaires.

Domaine Hébert : touché également

Un des voisins des Jardins d’Eschambault est le Domaine Hébert.  Son propriétaire Christian Hébert estime que les pertes que devront encaisser ces maraîchers sont estimées à plusieurs milliers de dollars.

« On est trois vergers un à côté de l’autre et les dommages sont importants », révélait celui qui possède le domaine situé sur le bord du fleuve à Deschambault.

Christian Hébert n’a pu que constater lui également les dégâts.

« Les vents, la pluie et surtout la grêle, c’était comme des lames de rasoir; le feuillage des pommiers déchiqueté, tout ce qui est variété hâtive dans la pomme est une perte totale.

« Dans notre secteur, c’est la première fois en 30 ans que l’on voit pareille situation », confiait le producteur.  « C’était tellement fort; ça passait au travers des arbres sur 360 degrés que les pommiers ont été affectés », disait celui qui compte sur 1 100 pommiers soit un peu plus de deux hectares.

Christian Hébert faisait un constat difficile pour les producteurs.

« Un peu comme mes voisins, au niveau de la Financière agricole du Québec, on est considérés comme trop petits producteurs; donc, on n’est pas assurés contre la grêle », disait celui qui estime que ses pertes du chiffre d’affaires se situent à près de 200 000 dollars cette année.

Dans la MRC de Portneuf, le Domaine Hébert s’étale sur 27 hectares dont 10 sont en production fruitière. 22 variétés de pommiers y fleurissent chaque printemps.

« On estimait sortir cette année 80 000 kilos de pommes mais là ça va être la moitié qui sera uniquement bonne pour la transformation » concluait-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
JacPap
JacPap
2 mois

Les Jardins de la Chevrotière aussi ont subi des dommages.