La CSN manifeste à Saint-Raymond

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
La CSN manifeste à Saint-Raymond
Lucie Langlois et Richard Boissinot avec des syndiqués lors de la manifestation devant l’hôpital à Saint-Raymond. Photo – Alain Turgeon

La CSN a entrepris une tournée de manifestations et s’est arrêtée devant l’hôpital régional à Saint-Raymond le 22 juin pour faire avancer les négociations dans le secteur de la santé et dénoncer des mesures concernant les vacances des employés.

«Il n’y a pas de négociations depuis le mois de mai», dit le représentant du secteur Portneuf au Syndicat des travailleurs du CIUSSS de la Capitale-Nationale affilié à la CSN, Michel Tessier, qui dénonce aussi l’iniquité salariale entre les préposés que propose le gouvernement. Il consent une augmentation aux préposés des CHSLD seulement. «Cela n’a aucun bon sens d’augmenter des préposés et de ne pas en augmenter d’autres», décrie M. Tessier.

Selon le président du Syndicat des travailleurs du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Richard Boissinot, la manifestation de lundi midi se voulait un appui à la négociation nationale. Selon lui, il ne se passe rien à la table de négociations. Le syndicat en profite aussi pour dénoncer les mesures annoncées par le CIUSSS concernant les vacances.

Selon la vice-présidente régionale de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN, Lucie Langlois, contrairement à ce que véhicule le premier ministre François Legault, les deux parties sont loin de s’entendre. «Le premier ministre n’est pas assis à la même table que nous», dit-elle.

Selon le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley, le gouvernement a promis un salaire d’entrée de 26$ l’heure aux préposées aux bénéficiaires en CHSLD. Pourtant, un tel taux de salaire n’a jamais été offert en négociation, affirme-t-il dans un communiqué. Au contraire, il laisse traîner les travaux sur l’équité salariale qui doivent mener au taux de salaire de 25,27 $, au sommet de l’échelle pour tous les préposés, poursuit-il. Mme Langlois soutient que le gouvernement doit respecter les conventions collectives. «Un salaire de 49 000$ par année. Il y en a qui travaillent depuis 20 ans et qui ne gagnent pas ça», commente-t-elle.

Mesures «particulières»

Le CIUSSS a informé les travailleurs qu’il mettait en œuvre sept mesures «particulières» durant l’été pour assurer des soins et des services sécuritaires à la population, dont l’ajout obligatoire des disponibilités, l’annulation de congés sans solde, des quarts de travail plus longs ou du déplacement de personnel. Selon Richard Boissinot, le CIUSSS voulait permettre un maximum de deux semaines de vacances. Finalement, les employés auront droit aux vacances qu’ils ont demandées. M. Boissinot rapporte que le PDG du CIUSSS a assuré qu’il utiliserait ces mesures seulement en cas d’éclosion, mais des gestionnaires en profitent pour d’autres raisons.

M. Boissinot ne voit pas l’arrivée de Christian Dubé au ministère de la Santé comme une panacée. Selon lui, l’ex-président du Conseil du trésor ne donnait pas de mandat à ses négociateurs et il se demande ce qu’il fera comme ministre de la Santé.

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des