Capsules estivales : « Vous n’auriez pas dû ! »

par Robert Jasmin
Capsules estivales : « Vous n’auriez pas dû ! »

On ne s’était pas vus depuis avant la pandémie. C’est dire qu’on avait hâte de se faire une bonne bouffe. On se dit : chez vous ou chez nous ? L’autre, plus rapide que soi, ne voulant pas se déplacer, y va d’un « vous venez chez nous ! Vous n’avez pas encore vu nos rénos ! ». Les jeux sont faits. On s’entend sur le jour et l’heure.

À la date prévue, on s’apprête à quitter la maison et on se dit qu’on ne peut arriver les mains vides. On hésite entre des fleurs, un assortiment de confitures et de ketchup maison et une bouteille de vin. La fleuriste est loin et la réserve de confitures et de ketchup touche à sa fin, il faut en garder jusqu’à la prochaine saison. Et, le magasin de la SAQ est à deux pas. Ce sera donc le vin.

Vin rouge ou vin blanc ? Est-ce qu’on opte pour un très bon rouge ou ce blanc au frigo qu’on a soi-même l’habitude de boire et qu’on aime bien ? Mais ce dernier n’est vraiment pas cher et on ne veut pas avoir l’air pingres (je sais, vous auriez écrit « cheap », mais j’aime les mots rares). Alors on se tourne vers les rouges. Un commis bienveillant et compétent (vive la SAQ ! et je le dis sincèrement) nous demande s’il peut nous aider. Ne sachant pas ce que le repas nous réserve, on ne peut parler que de prix. Combien veut-on mettre ? Nos amis peuvent-ils pousser la curiosité jusqu’à scanner le code-barres et connaître le prix de la bouteille qu’on leur offre ? On chasse vite cette pensée médisante et on informe le commis en lui donnant quand même une fourchette de prix généreuse.

À l’heure prévue, on sonne. Les amis nous ouvrent. Heureux de se voir, on s’embrasse. Puis, on tend la bouteille. Un large sourire illumine le visage de nos hôtes. Et, les deux, presqu’à l’unisson, de dire : « vous n’auriez pas dû ! » On n’ose pas répondre, mais on voudrait leur dire : « mais oui, voyons ! On devait ! Parce qu’on apprécie d’être reçus, parce qu’on vous aime bien ! » Alors, on se contente de sourire et de dire : « c’est la moindre des choses ! » On entre et on se demande si, au repas, on nous servira la bouteille qu’on vient d’offrir. Car le commis de la SAQ nous avait vraiment mis l’eau à la bouche en nous distillant toutes les qualités du vin. Ce serait dommage que ce soit en vain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires