L’aspirant chef conservateur Peter MacKay à Donnacona

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
L’aspirant chef conservateur Peter MacKay à Donnacona
Peter MacKay a rendu visite au député Joël Godin qui l’appuie dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada. Photo – Alain Turgeon

Le député de Portneuf-Jacques-Cartier a reçu la visite de l’aspirant chef du Parti conservateur du Canada, Peter MacKay, le 14 juillet. C’était le dernier arrêt du candidat dans sa tournée des circonscriptions du Québec.

Peter MacKay a visité les circonscriptions de députés qui l’appuient dans la course pour succéder à Andrew Scheer à la barre du Parti conservateur. «Je suis content d’avoir six députés du Québec dans mon camp», a-t-il déclaré lors de son passage à Donnacona pour rencontrer des militants hier midi.

La majorité des députés québécois ont endossé Peter MacKay. Joël Godin a choisi de l’appuyer au lendemain du débat des quatre candidats à la chefferie en français le 17 juin. Il estime qu’il est le seul candidat capable de faire gagner les conservateurs à la prochaine élection.

Son rôle sera de téléphoner aux militants de Portneuf-Jacques-Cartier et d’ailleurs pour promouvoir l’élection de M. MacKay, mais il n’a pas voulu en dévoiler plus sur la stratégie et son rôle pendant la campagne qui se terminera le 21 août. On ne veut pas donner de munitions aux adversaires, dit M. Godin.

Le chef conservateur devait être choisi le 27 juin, mais la pandémie a forcé une pause dans la campagne. M. MacKay rappelle que chaque circonscription a le même poids pour le choix du chef.

Peter MacKay a été le dernier chef du Parti progressiste-conservateur du Canada qui a fusionné avec l’Alliance canadienne en 2003 pour devenir le Parti conservateur du Canada. De son aveu même, le parti est formé de différents groupes et il faut le réunifier «avec le but de remplacer Justin Trudeau».

Le candidat dit qu’il a un plan de redressement de l’économie en huit points surtout avec le déficit annoncé. M. Godin rappelle que M. MacKay était ministre dans le gouvernement de Stephen Harper en 2008 et que le Canada a été le premier pays du G7 à se relever après la crise économique. L’aspirant chef veut créer un corridor économique et énergétique où passeront lignes électriques et oléoducs. Lors de son passage au Saguenay, il a pris position en faveur du controversé projet de GNL Québec qui comprend la construction d’un pipeline qui traverserait une partie de l’Ontario et le nord du Québec jusqu’à Saguenay et d’une usine de liquéfaction de gaz naturel.

Selon Peter MacKay, les électeurs doivent se demander qui est prêt à rebâtir l’économie. «Pas les libéraux», a-t-il lui-même répondu.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des