Portneuf: un projet de conversion de l’église d’ici huit mois

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
Portneuf: un projet de conversion de l’église d’ici huit mois
Un comité se penchera sur un projet de conversion de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs de Portneuf au cours des prochains mois. Photo - Archives

Le comité de sauvegarde de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs de Portneuf se donne six à huit mois pour proposer un projet unique de conversion de l’édifice qui lui assurera un rayonnement régional.

Le comité de 11 personnes a été formé le 3 décembre et devrait déposer à l’été un rapport sur la vocation qu’il entend donner à l’église de 90 ans fermée par mesure de sécurité depuis près de neuf mois.

Le comité veut proposer un projet distinctif pour obtenir l’appui de la région. «Il faut penser plus grand que la ville de Portneuf», a dit un des initiateurs du comité, Réal Carpentier, qui veut créer un site d’intérêt qui dynamisera le secteur. «Il faut être créatif et imaginatif pour le devenir de l’église», renchérit le président de Reg’Arts Portneuf, Pierre Choquette, qui a joint le comité.

Le comité s’emploiera au cours des prochains mois à dresser un portrait du bâtiment, à chiffrer les coûts de la réparation et de la mise à niveau de l’église et définir la structure de gestion. Selon Nathalie Morin, aussi instigatrice du comité, il faudra d’abord connaître les besoins. La population sera consultée dans le processus.

Selon Mme Morin, plusieurs souvenirs des citoyens sont rattachés à l’église et elle est la mémoire de la ville. «Portneuf a déjà perdu plusieurs bâtiments témoins de son histoire», a-t-elle dit. L’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est devenue un boulet pour la Fabrique de la paroisse Bienheureuse-Mère-Saint-Louis. Il faudrait investir au bas mot 800 000$ pour la restaurer. Le président de la Fabrique, Jean Genest, dit qu’il aura une idée assez claire de ce qu’il adviendra du bâtiment l’automne prochain. Le diocèse est ouvert à un autre usage que le culte.

L’église est un bâtiment important et la Ville ne peut être indifférente à son avenir, mais elle attend le choix d’un projet avant de se compromettre, ont expliqué les conseillers municipaux membres du comité. Des citoyens s’inquiètent du coût de sa transformation pour une population de 3000 habitants. Le comité veut que le projet soit financé en grande partie par des subventions et de l’aide extérieure.

Une vingtaine de personnes ont assisté à la rencontre de formation du comité. Déçu de la participation, un citoyen y voyait un signe du désintéressement de la population. Plutôt heureux de l’assistance, M. Carpentier et le comité croient que les citoyens seront plus nombreux à mesure que se développera le projet.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des