La Ferme Drolet et fils de Saint-Raymond renaît de ses cendres

Photo de Stéphane Pelletier
Par Stéphane Pelletier
La Ferme Drolet et fils de Saint-Raymond renaît de ses cendres
Les propriétaires de la Ferme Drolet et fils, Pierre Drolet et Henriette Ghielen, à l’avant, ainsi que de leurs fils, Pierre-Luc Drolet et Samuel Drolet. (Photo : Stéphane Pelletier)

Le 10 septembre, la ferme laitière Drolet et fils offrait l’opportunité à la population de Portneuf et des environs de visiter ses toutes nouvelles installations entièrement automatisées. Près de 2000 personnes se sont présentées à la ferme située au 261 rang Sainte-Croix, à Saint-Raymond.  

« On voulait faire la promotion de l’agriculture et de ces bonnes pratiques. Les gens achètent un deux litres de lait à l’épicerie, mais ils ne connaissent pas tout le processus. C’est l’un de nos buts premiers de faire connaître la production laitière. On a vu des gens intéressés qui questionnaient beaucoup », mentionnent Pierre et Samuel Drolet.  

La ferme Drolet est la propriété de Pierre Drolet et de Henriette Ghielen, ainsi que de leurs fils, Samuel Drolet et Pierre-Luc Drolet. Le 17 août 2020, les installations de la ferme étaient victimes d’un incendie causant la perte de 34 bêtes. Les quatre propriétaires n’ont pas baissé les bras et la construction d’une nouvelle ferme a débuté en mars 2021.  

Trois fois plus grand  

Le 9 novembre 2021, les nouveaux bâtiments, d’une superficie de près de 40 000 pieds carrés, pouvaient accueillir le troupeau. Maintenant dotée d’équipements à la fine pointe de la technologie, la ferme Drolet accueille 210 vaches, dont 100 en lactation. L’espace intérieur consacré au troupeau est de 33 000 pieds carrés. « On est trois fois plus grand pour le même nombre de vaches », souligne Pierre.   

Investissement de 4 M$ 

L’investissement de quatre millions de dollars permet de maximiser la ferme avec des équipements entièrement automatisés et informatisés. Des robots nourrissent les animaux, balayent le fourrage et raclent le fumier. Un système de traite robotisée permet à la vache d’établir son propre rythme. « Ce qui est important, c’est que tout cela est super bon pour le bien-être animal. Les vaches sont libres de faire ce qu’elles veulent. Elles vont se faire traire, manger, boire et se coucher à leur guise. Elles font leur routine et l’on voit que les animaux restent très calmes », expliquent Pierre et Samuel.  

Les vaches sont libres  

Les robots contribuent à maintenir un environnement stable où il n’y a pas beaucoup de bruit ou de mouvements brusques. De plus, chaque vache dispose d’une puce électronique, attachée à un collier, qui permet de transmettre de l’information sur sa production laitière et sur sa santé. « Les vaches sont libres d’aller à la traite jusqu’à un maximum de cinq fois par jour, selon la production de la vache. Le robot s’ajuste avec la production et adapte l’alimentation de chacune des vaches. Il y a une ration de base et le robot vient la compléter » indique Samuel.   

La température du bâtiment est également stable et contrôlée automatiquement. « Avec les ventilateurs au maximum, il faut 30 secondes pour changer l’air dans la ferme. Cet été, il faisait toujours quatre à cinq degrés de moins à l’intérieur de l’étable qu’à l’extérieur. Les vaches sont mieux en dedans que dehors. Elles ne sont pas au gros soleil et elles ont de l’eau en permanence » précisent les propriétaires. 

1,2 million de litres de lait par année 

La ferme Drolet produit 1,2 million de litres de lait par année. La moyenne du troupeau et de 3 800 litres par jour. En plus du bien-être animal, l’automatisation permet d’assister le travail de la famille. « Avant, on était les quatre à faire un peu de tout. Présentement, on est capable de mieux se spécialiser. Moi, je gère le troupeau laitier. Pour le même nombre d’animaux, il fallait être quatre et maintenant je suis seul. Mon frère gère tout ce qui touche à la machinerie et aux cultures. Ma mère s’occupe de la relève (les veaux) et de la comptabilité et Pierre chapeaute tous les secteurs », énumère Samuel.   

Un énorme plaisir  

Lors de la journée portes ouvertes, les gens pouvaient visiter toutes les installations en plus de poser leurs questions aux propriétaires, à certains fournisseurs et à dix personnes du Monde agricole. Plusieurs activités étaient également offertes sur place. « On veut remercier les gens qui sont venus nous visiter. Cela nous a fait énormément plaisir et l’on est content de la réponse à l’invitation », transmet la famille Drolet. 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires