Vivre en temps de pandémie

Photo de Geneviève Lapointe
Par Geneviève Lapointe
Vivre en temps de pandémie

La pandémie actuelle affecte diverses sphères de la vie humaine, dont la dimension psychologique. Dorénavant, les incertitudes font partie intégrantes de nos vies. Pour certains, ce sont les repères et les habitudes qui avaient été développées qui doivent être revues et corrigées. Pour d’autres, la sensation d’inconfort est plus marquée et se décrit comme une menace vague vécue au quotidien. Il faut se dire qu’il est normal que la santé mentale soit affectée durant la pandémie par des émotions telles que la colère et les inquiétudes.

La majorité des gens parviennent à s’adapter à ces changements. Ils vont conserver un bon moral et par conséquent, demeurer tout à fait fonctionnels. Cette crise peut même devenir une occasion de revoir ses priorités et d’organiser une vie plus satisfaisante. Cependant, il faut savoir que des catégories de gens sont plus vulnérables aux complications psychologiques. Ce sont gens aux prise avec une maladie psychiatriques, ceux qui ont des dépendances aux drogues, à l’alcool ou aux médicaments, les gens qui ont contractés la COVID-19 (craignant d’être ostracisés), les gens âgés de plus de 70 ans, ceux qui ont un problème de santé chronique, ceux qui ont des conditions de vie précaires (tel que de ne pas parler français ou anglais) et finalement les intervenants du réseau de la santé.

Lorsque l’équilibre psychologique bascule, la détresse s’installe par des états importants d’anxiété et de dépression. Le niveau de détresse ressentit dépend de certains facteurs personnels tels que le degré de tolérance au stress ou la qualité du soutien de l’entourage.

Dans tous les cas, pour faire contre-poids au stress induit par la pandémie, il faut d’abord reconnaître que les émotions qui nous habitent sont normales et constituent des signaux à écouter. Il convient alors d’être indulgent envers soi-même et ne pas juger les émotions qui nous habitent. Accepter de pleurer ou d’avoir peur permet à l’émotion de s’exprimer et aidera ensuite à trouver une manière de s’adapter. C’est aussi d’admettre que nous sommes tous humains et qu’il est normal de réagir émotionnellement. Ensuite, Il faut prévoir régulièrement des moments de détente. Ceux-ci sont nécessaires pour recharger le niveau d’énergie et contribuent à prendre du recul sur la situation pénible. À titre d’exemple, écouter une série à la télé, lire un roman, relaxer après le sport, etc. Enfin, la recherche de plaisir est tout autant bénéfique pour garder l’équilibre ou le retrouver. Le plaisir passe par les sensations physiques lorsque nous nous concentrons sur ce que nos sens perçoivent (regarder son animal de compagnie, observer la végétation, écouter les oiseaux, etc.) Comme disait Charles Darwin, biologiste : « Les espèces qui survivent ne sont pas celles qui sont les plus fortes ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux au changement.»

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des