Une course qui a du chien

Par mhardy
Une course qui a du chien

Courir plus de sept kilomètres en moins de trente minutes peut sembler impossible. Pas pour Martin Hardy, de Saint-Raymond, car il a pu compter sur Fay pour faire équipe en canicross. Cet exploit a fait de lui le participant le plus rapide du 3e Défi des flots, le 1er mars.

Accompagné par la chienne Alaskan Husky appartenant à un ami, le coureur d’expérience a devancé les 50 autres concurrents du Défi des flots, l’épreuve maîtresse de la journée. Revenu au portillon d’arrivée seulement 28 min 47 s après le départ, le duo a été accueilli par un tonnerre d’applaudissements à l’embouchure du pont Tessier, au centre-ville de Saint-Raymond. C’est la deuxième fois qu’il participait à la course de canicross organisée par Tourisme Saint-Raymond.

Audrey Bertrand (28 min 48 s), de Pont-Rouge, a pris le deuxième rang. Chez les vétérans (35 ans et plus), les canicoureurs champions sont Sébastien Lavoie (31 min 55 s), du Lac-Beauport, et Karen Rodier (34 min 47 s).

Mylène Parent (20 min 43 s), de Saint-Léonard, a été la plus rapide parmi les 17 participants à l’épreuve de 7,5 km en trottinette.

L’épreuve d’initiation défi découverte a réintégré le volet compétitif à la demande des participants. Joëlle Bergeron (10 min 3 s), de Saint-Augustin-de-Desmaures, et Ismaël Smida (10 min 5 s), de Québec, ont été les premiers à terminer la course de 2 km parmi les 25 coureurs. Les gagnants ont reçu une médaille et leur compagnon, un sac de gâteries.

Avec une centaine d’inscriptions cette année, le Défi des flots a atteint son objectif de participation et prend de l’ampleur. L’an dernier, la course avait attiré 60 concurrents. Compte tenu de son succès, l’activité liée à Neige en fête est devenue autonome. «C’est devenu un événement à part entière», justifie l’agente de développement Annie Martel.

Disputée pour la première fois sur la rue Saint-Michel, fermée à la circulation, la course de canicross pourrait revenir au centre-ville l’an prochain. «Le sentier était un peu plus long et varié; les gens ont apprécié», poursuit Mme Martel.

Bientôt dans un circuit?

Le Défi des flots attire de plus en plus de canicoureurs de partout au Québec. L’intégrer à un circuit provincial ou interrégional est une option à laquelle songent les promoteurs, question d’accroître la visibilité de leur course. «On est en train d’y penser. C’est beaucoup de démarches, mais ça se fait», affirme Amélie Hardy, l’une des responsables.

Partager cet article