La motoneige antique à l’honneur à Saint-Raymond

La motoneige antique à l’honneur à Saint-Raymond

Le comité organisateur du 24e Festival Neige en fête. Photo – Francis Beaudry

Le Festival Neige en fête de Saint-Raymond sera de retour pour sa 24e édition du 8 au 10 février.

Le plus grand rassemblement de motoneiges et d’autoneiges antiques au Québec est de retour avec une panoplie d’activités.

Le président du festival Denys Tremblay affirme que les «activités populaires» du festival seront encore une fois mises de l’avant.

Trois randonnées de motoneige sont au menu. Elles transporteront les motoneigistes et les autoneigistes sur plus d’une centaine de kilomètres au courant de la fin de semaine.

L’événement se terminera l’après-midi du 10 février alors que tous les motoneigistes et leurs véhicules d’antan convergeront vers le parc Alexandre-Paquet pour la courte parade, l’exposition des autoneiges et diverses activités familiales.

Le public pourra aussi visiter une exposition de motoneiges antiques du 2 au 11 février au centre d’achat Place Côte Joyeuse.

S’inscrire rapidement pour en profiter

Les organisateurs du Festival Neige en fête sont sans équivoque : il est très important de s’inscrire pour participer à une randonnée ou au souper du samedi. L’inscription se termine le 2 février. Toute l’information est dans le site Internet neigeenfete.com.

La rivière Sainte-Anne en observation

L’état de la rivière Sainte-Anne a le potentiel de venir mettre du sable dans l’engrenage de l’événement, selon le maire Daniel Dion.

La Ville doit notamment se débarrasser d’embâcles qui se sont formés pendant le temps des fêtes afin d’éviter un débordement qui pourrait inonder les pistes de motoneige, dont le sentier provincial.

Denys Tremblay affirme que plusieurs personnes commencent déjà à penser au 25e anniversaire du festival qui aura lieu en 2020. Le président soutient que le recrutement de bénévoles devra être une priorité si des activités spéciales doivent avoir lieu.

«On constate une baisse dans notre recrutement de bénévoles au courant des dernières années. On me propose des sculptures sur neige, je dis que c’est une bonne idée, mais que ça prend des bénévoles pour ces activités», affirme-t-il.