Hommes et femmes des bois se racontent grâce à Maud Lirette Sioui

Photo de Gaétan Genois
Par Gaétan Genois
Hommes et femmes des bois se racontent grâce à Maud Lirette Sioui
L'auteure Maud Lirette vient de publier une œuvre de 500 pages sous le titre Hommes et femmes des bois. (Photo : Gaétan Genois )

« Maud remonte notre histoire comme le saumon nos rivières. »  Dans sa préface de l’oeuvre de Maud Lirette Sioui, la chroniqueuse du Soleil, Mylène Moisan, a écrit le mot ténacité bien en évidence. C’est le maître-mot, car il en aura fallu de la ténacité, jour et nuit, pour parachever ce travail de recherche et de mémoire qui totalise près de 500 pages.

Tout le monde a quelqu’un dans sa famille qui a été associé au travail dans la forêt. Ce qui veut dire que tout le monde sera intéressé par l’oeuvre que vient tout juste de publier l’auteure de Saint-Raymond.

En 2013, Maud Lirette a publié un premier livre qui s’intitulait Gérard Lirette, dernier gardien du Club Triton, trappeur et coureur des bois. Ce travail biographique, dont le sujet était son père, a abouti en un grand succès puisque 1400 exemplaires ont été vendus.

« Quand je l’ai publié en 2013, les gens venaient le chercher et me disaient  » va donc voir mon oncle, il a travaillé au Triton « . Si ce n’était pas un oncle, c’était un voisin, un cousin, etc.  Sans hésiter, je suis partie rencontrer ces gens », raconte-t-elle.

Son premier livre était axé sur Gérard Lirette et le club Triton. Plus largement, ce second volume parle de tous les travailleurs de la forêt, qu’ils soient guides, bûcherons, draveurs, opérateurs de moulin à scie ou servantes.

Liste impressionnante

Seulement en parcourant la table des matières, on peut lire l’impressionnante liste de ceux et celles qui ont raconté les souvenirs composant cette œuvre. Elle est composée d’environ 75 sujets concernant les témoignages sur les personnes et les clubs de chasse et pêche.

Maud Lirette avoue que toutes les personnes qu’elle a rencontrées étaient contentes de replonger dans cet ancien temps. Les gens lui disaient : « Mon Dieu que tu me rappelles des souvenirs, mon Dieu que j’étais jeune. »

Ils étaient en effet très jeune, 16 ans parfois lorsqu’ils étaient appelés, d’une façon ou d’une autre, à entreprendre un travail de parfois toute une vie en tant qu’hommes et femmes des bois.

Environ 600 photographies

Beaucoup de ces témoins d’époque ont pu être rencontrés. L’auteure a dû faire des milliers de kilomètres de route afin de procéder à la cueillette des précieux souvenirs de ces gens, dont plusieurs sont disparus depuis. Le livre s’ouvre sur quelques pages consacrées à la cartographie des clubs de chasse et pêche et à un texte sur le Club Marmier, où Gérard Lirette a été gardien, de 1936 à 1945.

Des documents anciens accompagnent environ 600 photographies en noir et blanc. Le texte raconte autant d’histoires que de gens rencontrés.

D’enseignante à auteure

Membre de la Nation huronne-wendat, Maud Lirette Sioui est native de Saint-Raymond, où elle a enseigné au primaire pendant 32 ans. La couverture du livre Hommes et femmes des bois est illustrée par une toile créée par sa fille, Andrée Cantin, qui à sa façon nous plonge dans le sujet.

On peut procurer le livre vendu 40 $ auprès de l’auteure. Il est possible de le cueillir au 121, rue des Ronces (Grande Ligne), à Saint-Raymond, Maud Lirette peut être jointe par téléphone, au 418 337-4482 ou par courriel, en écrivant à maudlirette@gmail.com. Des exemplaires sont disponibles auprès de Simon Moisan, chez Alimentation Duplain et d’autres points de dépôt sont à venir.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires