Des dizaines de Portneuvois passent de l’idée à l’action grâce au Lab Créatik

Des dizaines de Portneuvois passent de l’idée à l’action grâce au Lab Créatik
Anne-Sophie Gagnon, Roxanne Cloutier et Clémence Nadeau s'impliquent au dépanneur scolaire de l'École secondaire Saint-Marc. (Photo : Mathieu Hardy)

En participant au volet jeunesse du Lab Créatik, Roxanne Cloutier ne pensait jamais être en mesure de développer encore plus son projet de dépanneur scolaire mis en branle en janvier. Mais l’expérience lui a permis d’apprendre sur l’entrepreneuriat tout en trouvant un nouveau sens à son quotidien scolaire.

L’élève de l’École secondaire Saint-Marc fait partie des 49 participants qui ont pris part au premier incubateur d’idées valorisant l’économie sociale à l’échelle régionale. Provenant de tous les milieux, ces entrepreneurs novices et expérimentés ont présenté 26 projets.

Pendant quatre jours, du 13 au 16 avril, ils ont pensé, dialogué et entrepris des actions dans différents lieux, et ce, dans le but de trouver des solutions innovantes aux enjeux territoriaux.

Retombées

L’aventure entrepreneuriale de Roxanne est à l’image de dizaines d’autres histoires similaires. Mais dans son cas, les retombées seront quasi instantanées.

« J’ai eu une formation sur les coopératives et j’ai envie de faire en sorte que le dépanneur devienne une coopérative », explique l’élève âgée de 15 ans et actuellement en quatrième secondaire.

« En terme de retombées, il y en a plusieurs. Le Lab Créatik a permis de créer une effervescence, la possibilité de réseauter et de sensibiliser les élus municipaux », fait valoir Pierre Lanthier, responsable du Lab Créatik, une expérience initiée par le Pôle CN.

Boursiers

Au terme du pitch que devaient livrer les participants devant un jury, Roxanne Cloutier a remporté la bourse de 250 $ pour son projet. Un projet de garage coopératif a récolté une aide financière de 150 $ alors les autres projets soumis par les jeunes ont reçu un montant de 100 $.

Dans l’autre volet, la photographe Any Gagnon a reçu une bourse de 2500 $, l’Ouvroir de Donnacona s’est prévalu d’une aide financière de 1000 $,tout comme le Pôle agroalimentaire de Portneuf. L’Académie culinaire de Mégan Fortier a, quant à elle, obtenu une enveloppe de 250 $.

Une biennale?

Débuté à Charlevoix, le Lab Créatik pourrait éventuellement devenir une biennale. « On va voir les retombées et voir si on continue. On peut ouvrir sur la possibilité d’avoir une biennale », a indiqué Pierre Lanthier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires