Un fabricant de grattes à neige s’installe à Saint-Raymond

Photo de Denise Paquin
Par Denise Paquin
Un fabricant de grattes à neige s’installe à Saint-Raymond
Au centre, le maire Daniel Dion a levé la première pelletée de terre en compagnie du propriétaire Jules Roberge et la conjointe de ce dernier, Isabelle Mathieu. Photo – Denise Paquin

Un fabricant de grattes à neige de l’Île-d’Orléans, Atelier Jules Roberge, investit 3 M$ dans le parc industriel no 2 de Saint-Raymond pour développer le créneau commercial.

Le projet a été dévoilé cet avant-midi sur le chantier de la future usine dans ce qui constituait le premier événement de presse «en personne» dans la MRC de Portneuf depuis la déclaration d’urgence sanitaire attribuable à la COVID-19 le 13 mars dernier.

L’entreprise de Saint-Pierre de l’Île-d’Orléans fabrique depuis 2010 des grattes pour le marché résidentiel. Elles sont vendues chez plus de 150 concessionnaires au Nouveau-Brunswick, au Québec et en Ontario.

Faute d’espace industriel disponible sur l’Île-d’Orléans, Jules Roberge cherchait depuis trois ans un terrain pour construire une deuxième usine afin de développer le marché commercial, celui des grattes pour ouvrir des cours de commerces ou des rues dans les municipalités.

«C’est allé plus vite que je pensais. L’an dernier, des employés travaillaient dehors. Ça nous a donné le petit coup», a expliqué le propriétaire qui connaît bien Saint-Raymond puisqu’il possède un chalet à Sainte-Christine-d’Auvergne. Il dit avoir trouvé dans le parc no 2 la qualité de terrain et la superficie dont il avait besoin. Il en a acheté 160 000 pieds carrés.

La construction de la future usine a commencé fin avril à la faveur du déconfinement de l’industrie de la construction. Avec ses 16 000 pieds carrés, il s’agira du plus gros bâtiment du parc industriel parmi ceux des 16 entreprises qui s’y sont établies à ce jour.

Atelier Jules Roberge compte 23 employés à son usine de Saint-Pierre de l’île-d’Orléans. L’entrepreneur prévoit en embaucher une vingtaine à celle de Saint-Raymond pour démarrer la production en janvier 2021. Les grattes de calibre commercial qui y seront fabriquées devraient prendre la direction des États-Unis. M. Roberge est en discussion avec des concessionnaires américains pour y exporter ses produits.

Le maire de Saint-Raymond, Daniel Dion, a qualifié l’annonce de «rafraîchissante… dans ce temps d’incertitude économique». «Ce projet renforce la diversification du parc industriel et concrétise sa notoriété», a-t-il ajouté. Il a confié au Courrier être particulièrement fier de ce «bon coup» étant donné que la 16e entreprise du parc no 2 provient de l’extérieur de la MRC.

Le député Vincent Caron a souligné que le projet a obtenu une aide de 100 000$ du Fonds de la région de la Capitale-Nationale.

Le commissaire industriel de Saint-Raymond, Richard St-Pierre, a souligné que l’arrivée de l’entreprise est «le résultat de 10 mois de négociation». «Si vous voulez voir des structures métalliques qui se montent, c’est la place !» a lancé M. St-Pierre qui a promis d’autres annonces dans les prochains mois. Il a souligné que le parc a pris un essor important depuis deux ans, soit depuis le début de son mandat.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des