Des maquettes aux visières pour le secteur de la santé

Photo de Denise Paquin
Par Denise Paquin
Des maquettes aux visières pour le secteur de la santé
Une imprimante 3D en train de produire une partie des visières de protection. Photo – Artéfact urbain

Deux entreprises du milieu culturel de la région répondent à l’appel des gouvernements. Elles ont commencé la fabrication de visières pour le secteur de la santé.

Artéfact urbain, de Saint-Casimir, et Deveau 3D, de Saint-Marc-des-Carrière, ont livré un premier lot d’une centaine de visières le 30 mars.

«Elle va principalement en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique», a indiqué lundi Jeanne Couture, directrice d’Artéfact urbain. «Nous voulons faire connaître notre offre au ministère de la Santé ainsi qu’aux professionnels de la santé du Québec. Nous sommes disponibles pour produire des visières et les envoyer en moins de deux jours dans les milieux de travail», ajoute-t-elle.

Un premier lot d’une centaine de masques ont été livré à des optométristes en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique. Photo – Artéfact urbain

En même temps que les premiers diagnostics de COVID-19 étaient annoncés, les gens du milieu culturel ont vu disparaître leur gagne-pain. «Il y a deux semaines, nous imprimions des maquettes pour des œuvres d’art public et aujourd’hui, l’atelier s’est transformé en cellule de production de visières !» dit Aaron Bass, directeur technique chez Artéfact urbain.

«Nous nous sommes fait contacter par des associations canadiennes d’optométrie dont les membres, malgré la fermeture de leurs bureaux, doivent répondre à des urgences», indique-t-il.

Misant que sur leur ingéniosité et leur imprimante 3D, les deux entreprises ont décidé répondre à l’appel des gouvernements en fabriquant cette pièce de protection qui est en grande demande dans le milieu de la santé.

Les visières sont fabriquées selon le modèle conçu par l’entreprise tchèque Prusa Research, disponible gratuitement en ligne, explique Jeanne Couture. Elles sont imprimées en 3D, puis assemblées à la main. «Ces visières sont une solution temporaire pour répondre à la demande», dit-elle.

Le production emploie trois personnes dans Portneuf, en plus de deux fabricants autonomes («makers») de Québec et Montréal associés à cette «chaîne de production à relais».

La capacité de production est estimée à 300 visières par semaine, chiffre appelé à augmenter si la demande du milieu de la santé se confirme. Artéfact urbain invite les propriétaires d’imprimantes 3D qui veulent participer à cette initiative ainsi que ceux qui veulent commander la visière de protection à les rejoindre par le site Internet visiere.ca.

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des