Crise ferroviaire: «C’est quoi la limite pour agir?» demande le député Joël Godin

Photo de Denise Paquin
Par Denise Paquin
Crise ferroviaire: «C’est quoi la limite pour agir?» demande le député Joël Godin
Le député de Portneuf - Jacques-Cartier, Joël Godin, a interpellé le gouvernement libéral aujourd'hui sur le blocus ferroviaires qui commence à avoir des incidences sur des entreprises de son comté.

C’était au tour du député de Portneuf – Jacques-Cartier, Joël Godin, de s’inquiéter des conséquences des blocus ferroviaires sur les entreprises et les citoyens lors de la période des questions, cet avant-midi, à la Chambre des communes.

«Après 16 jours d’inaction de ce gouvernement libéral, les Canadiens sont en otages. Nos entreprises, les consommateurs doivent se rationner. On se croirait en temps de guerre!» a-t-il déclaré.

Citant le cas de Chemco, une entreprise dans le parc industriel de Saint-Augustin-de-Desmaures, M. Godin a interpellé le gouvernement libéral et son représentant, le député de Louis-Hébert Joël Lightbound, qui est aussi secrétaire parlementaire à la Sécurité publique et Protection civile.

«Une entreprise de Portneuf – Jacques-Cartier, Chemco, qui distribue du déglaçage pour avion et fournit entre autres les aéroports de Québec et Mirabel, est en rupture de stock. Qu’est-ce qu’on fait de la sécurité des gens, M. le Président? Les étagères des supermarchés se vident, c’est urgent d’agir! C’est quoi la limite du député de Louis-Hébert pour agir et lever les blocus illégaux?», s’est insurgé M. Godin, demandant que «le gouvernement agisse et fasse preuve de leadership dans ce dossier qui traine en longueur et cause des dommages majeurs».

Tout en disant qu’il partageait l’inquiétude du député Godin, Joël Lightbound a répondu qu’il partageait ses craintes. «La situation est très préoccupante du point de vue de l’économie canadienne […] On veut que ces barricades soient levées le plus rapidement possible. Toutefois, et c’est ce à quoi les premiers ministres des provinces se sont entendues [NDLR jeudi soir], il faut donner une chance au dialogue pour trouver une résolution pacifique à cette situation», a-t-il déclaré pour ajouter, du même souffle, «mais le dialogue a ses limites compte tenu des impacts économiques que ça a sur l’économie canadienne.» Le député Lightbound ne s’est pas avancé sur les discussions en cours entre le gouvernement et les Premières Nations, ajoutant que «ce serait contreproductif, sur la place publique, d’arriver avec un échéancier».

Le Parti conservateur et son chef Andrew Scheer n’ont pas caché qu’ils souhaitent l’intervention des forces de l’ordre pour mettre  fin rapidement au conflit. «Laissez les forces policières intervenir dans le respect des droits de chacun des citoyens canadiens et agir lorsqu’il y a des gestes illégaux de façon pacifique et ferme», a répondu le député Joël Godin quand on lui a demandé, dans un échange courriel, comment il voyait la chose.

La crise a été déclenchée en Colombie-Britannique il y a deux semaines. Des chefs héréditaires de la Première Nation Wet’suwet’en, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique, ont levé une barricade pour s’opposer au gazoduc Coastal GasLink.

Lien vidéo vers son l’intervention du député Godin aux Communes:

https://youtu.be/jOlPrP9n1T4

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des