Voie de contournement à Portneuf: des résidents se sentent isolés

Voie de contournement à Portneuf:  des résidents se sentent isolés

Louis-Philippe Tanguay a plaidé la cause des résidents du Coteau des Roches qui se disent lésés par le tracé de la voie de contournement à Portneuf. Photo – Alain Turgeon

La construction de la voie de contournement à Portneuf pour enlever les camions de pierre de la rue Saint-Louis réclamée depuis dix ans ne fait pas que des heureux. Les résidents du rang Coteau des Roches craignent d’être isolées.

Les résidents demandent à la ville de leur donner l’accès à leur secteur sans devoir faire un long détour parce que leur rang sera coupé par une voie ferrée. «Est-ce normal de mettre au ban une partie de la population de Portneuf ?», a demandé le porte-parole du groupe, Louis-Philippe Tanguay.

La ville construit une voie de contournement entre la carrière exploitée par Construction et Pavage Portneuf et l’autoroute 40. Le projet discuté depuis 2009 doit être terminé à l’été. La route croise la voie ferrée de la compagnie Québec-Gatineau et le rang Coteau des Roches. La compagnie de chemin de fer n’autorise qu’un seul passage à niveau dans le secteur. La ville a opté pour celui de la voie de contournement. Ce faisant, elle a coupé le rang où se trouvent environ 25 résidences.

Le maire Mario Alain dit comprendre le désarroi des citoyens, mais il n’a pas les fonds nécessaires pour construire un chemin supplémentaire. Les soumissions de 4,3 M$ pour la construction de la voie de contournement dépassaient d’un million ce que projetait la ville, et le coût des travaux pour le passage à niveau était deux fois supérieur aux prévisions. «Il a fallu sacrifier un bout de chemin. Les décisions ont été prises en fonction de livrer ce qu’on promet depuis dix ans», explique le maire. Le plan a été modifié l’été dernier et c’est la première fois qu’il entend parler des désagréments que crée la ville avec ce changement. Selon le maire, les résidents devront faire un détour de 600 mètres.

«C’est un beau projet, mais il va finir en queue de poisson», déplore M. Tanguay. Il ne lâchera pas tant que la ville n’aura pas redonné un autre accès au rang Coteau des Roches. M. Alain promet de regarder les solutions, mais répète qu’il n’a pas de budget. Il tentera de dégager une petite marge de manoeuvre pendant la construction. Les citoyens proposent d’utiliser le chemin temporaire aménagé pour la construction de la voie de contournement qui réduirait le détour.