Une formation de préposé aux bénéficiaires payée dans Portneuf

Une formation de préposé aux bénéficiaires payée dans Portneuf

Les futurs préposés aux bénéficiaires qui étudieront au Centre de formation de Portneuf pourront recevoir une rémunération de près de 15 000$ et le CIUSSS de la Capitale-Nationale leur garantit un poste permanent à la fin de leur formation.

Il manque 36 préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD de Portneuf et 280 dans les établissements du CIUSSS. «Dans un contexte de pénurie de main-d’oeuvre aussi marqué, il faut être audacieux et très attractif pour recruter», a déclaré la directrice des ressources humaines et des communications, France Goudreault. Le CIUSSS offrira aussi la permanence à tous les préposés déjà à son emploi.

Le CIUSSS étend à Portneuf son projet annoncé avec le Centre de formation professionnelle Fierbourg à Québec la semaine dernière.

Selon le directeur du Centre de formation de Portneuf, Sébastien Gilbert, cette formation accrue en milieu de travail permettra aux élèves de vivre, rapidement en début de formation, le quotidien d’un préposé aux bénéficiaires. «Plus de 75% de la formation se fait en milieu de travail», précise-t-il. Les étudiants recevront une rémunération pour 665 heures dans le cadre de leur diplôme d’études professionnelles comprenant un total de 870 heures.

Le salaire est intéressant pour attirer les gens qui veulent retourner aux études, mais hésitent en raison de l’absence de revenus, soutient Mme Gudreault. Le taux horaire est de près de 20$ pendant la formation et de 21$ une fois le diplôme obtenu. Selon elle, les besoins sont tellement criants dans Portneuf que le CIUSSS garantit aussi que la première cohorte pourra travailler dans un des six CHSLD de la région. Selon M. Gilbert, cinq étudiants termineront leur formation en mai. On souhaite démarrer la prochaine formation avec 22 élèves en septembre, mais les préposés-élèves pourront être embauchés par le CIUSSS comme aides de service dès cet été.

Selon la directrice, la formation rémunérée est payée par les montants qui n’ont pas été dépensés parce que les quarts de travail n’étaient pas comblés, explique Mme Goudreault.