Joël Godin satisfait de son début de mandat

Joël Godin satisfait de son début de mandat

Joël Godin est satisfait de sa première année comme député.

«Je suis très satisfait. J’ai su bien représenter les priorités des gens de Portneuf – Jacques-Cartier et je suis déterminé à créer une plus grande prospérité de notre beau coin de pays», a commenté M. Godin.

Le député croit que sa circonscription n’a pas reçu sa part de l’argent du fédéral par le passé et il compte renverser la vapeur. «On a une tribune, il faut s’en servir et aller chercher le plus d’argent possible», a-t-il soutenu en entrevue. Il peste contre le déficit des libéraux, mais affirme que Portneuf-Jacques-Cartier doit profiter de la manne du programme d’Infrastructure Canada maintenant que l’argent est disponible.

Ses interventions auprès du président de VIA Rail pour un arrêt du train à grande fréquence (TGF) Québec-Windsor dans Portneuf et les consultations qu’il a tenues sur la politique de la Défense nationale, sur l’environnement et les changements climatiques qui ont mené à la création d’un comité de développement durable sont parmi ses bons coups. Il affirme avoir été très actif à la Chambre des communes, prenant la parole toutes les semaines. Il a questionné le gouvernement sur des dossiers régionaux comme la venue des réfugiés, l’avenir du quai de Portneuf et l’entente sur le bois d’oeuvre. M. Godin est maintenant porte-parole adjoint de l’Opposition officielle à l’Environnement et Changements climatiques. Son cheval de bataille est le développement durable. Il veut faire rayonner sa circonscription dans ce domaine et le quai de Portneuf est une pièce maîtresse, dit-il. Le député utilisera d’ailleurs son temps de parole le 3 novembre pour vanter sa circonscription.

Au cours de la dernière année, M. Godin a organisé son bureau de circonscription. «On partait de rien», mentionne-t-il. Plus de 150 dossiers de citoyens ont été traités et le député et ses adjoints ont participé à plus de 240 activités dans les 28 municipalités. Il a aussi créé des outils pour faire connaître son travail. «Les gens ne savent pas ce que peut faire le député pour eux», se désole M. Godin. Le député s’efforce aussi de créer une symbiose entre les deux parties de sa circonscription. Il précise qu’il a distribué l’argent du fédéral «de façon équitable» entre les municipalités.

Quelques jours avant le premier anniversaire du gouvernement Trudeau, les députés conservateurs ont soutenu qu’ils étaient les seuls à défendre les intérêts de la région de Québec. Selon M. Godin, le Parti libéral du Canada a berné les électeurs. «Il a dit n’importe quoi pour les séduire et se faire élire», dénonce le député.