«Flânerinages», ou la poésie natatoire de Réjean Plamondon

«Flânerinages», ou la poésie natatoire de Réjean Plamondon

C'est sur une île du lac Sept-Îles qu'est né le troisième recueil de Réjean Plamondon «Flânerinages».

Réjean Plamondon est un nageur, tout comme le personnage de son nouveau recueil de poésie «Flânerinages». Chaque été, ce professeur à Polytechnique revient dans le «paradis» de son enfance, l’île Bergeron, au lac Sept-Îles, à Saint-Raymond. Dans le chalet de sa tante Augustine, qu’il a acheté il y a près de 20 ans, il remet en question ses certitudes et réinterprète le monde avec les mots. Comme le nageur du livre, Réjean Plamondon est un nageur. Ce quatrième ouvrage, le troisième publié aux Écrits des Forges, est, on le conçoit, fortement autobiographique. «La démarche intérieure conduisant à l’île de mon enfance est à la fois une métaphore et un fait, confirme l’auteur dans un échange de courriels de Montréal où il habite. Une partie du recueil porte sur des observations faites sur cette toute petite île.» C’est sur ce bout de terre émergé qu’il a colligé «les réflexions et observations d’un nageur qui a nagé un peu partout sur la planète pour finalement découvrir qu’il faisait tout cela pour revenir à l’île de son enfance au lac Sept-Îles». [quote font=”palatino” font_size=”20″ font_style=”italic” bgcolor=”#7becf2″]

«Chaleurs expiatoires

rudiments nostalgiques

dérobés

aux déserts à la mer

mi-sel mi-souffle

myriades mystères

Nager

c’est prier…»

[/quote]   Ce spécialiste des mots – il dirige un laboratoire de recherche sur le traitement automatique de l’écriture manuscrite – utilise le langage pour inviter le lecteur à repenser l’univers, avec une prédilection pour l’activité de précision qu’est l’écriture poétique. Se décrivant comme «scientifique-poète», Réjean Plamondon utilise le vers libre, avec une rigueur parfois teintée de ludisme, mentionne-t-il, pour livrer sa réflexion sur l’infiniment grand à partir de l’infiniment petit. L’auteur a déjà publié «Portraits rebelles d’un cervonaute» (1998) et «Parfums d’Amérope» (2002) parus aux Écrits des Forges à Trois-Rivières.