Conduite avec facultés affaiblies: changements majeurs dès aujourd’hui

Conduite avec facultés affaiblies: changements majeurs dès aujourd’hui

À partir du 18 décembre 2018, un policier peut exiger un échantillon d'haleine de tout conducteur qu'elle aura interpelé légalement pour n’importe quelle infraction au Code de la sécurité routière. Photo - Archives

Les automobilistes devront y penser à deux fois avant de prendre le volant après avoir consommé de l’alcool, peu importe l’heure du jour ou de la nuit, avec les modifications à la loi relative à la conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool qui entrent en vigueur aujourd’hui, le 18 décembre.

Les modifications effectuées par le gouvernement fédéral au Code criminel en matière d’alcool au volant rendent le dépistage obligatoire. Ainsi, la police peut dorénavant exiger un échantillon d’haleine de tout conducteur qu’elle aura interpelé légalement pour n’importe quelle infraction au Code de la sécurité routière, un excès de vitesse par exemple. Actuellement, un policier peut exiger un échantillon d’haleine seulement s’il a des motifs de croire que le conducteur a trop bu.

La première partie de la nouvelle loi qui touche la conduite avec les facultés affaiblies par les drogues est entrée en vigueur plus tôt cette année.

Dorénavant, il y aura infraction si une personne arrêtée dépasse le taux limite d’alcoolémie de 80 mg d’alcool par 100 ml de sang (0,08) dans les deux heures suivant une interception. Ce changement vise à contrer la défense du «dernier verre». De plus, le Code criminel abaisse la limite d’alcool dans le sang pour ceux qui ont consommé à la fois de l’alcool et du cannabis. La limite est de 50 mg d’alcool par 100 ml de sang (0,05) pour l’alcool et de 2,5 nanogrammes par millilitre de sang pour le cannabis.