«Jamais je ne t’oublierai» : un témoignage sur la pandémie filmé au CHSLD de Saint-Casimir

Photo de Denise Paquin
Par Denise Paquin
«Jamais je ne t’oublierai» : un témoignage sur la pandémie filmé au CHSLD de Saint-Casimir
Une scène que l’on a vue souvent à la télé, qui s’est répétée aussi dans notre région. Photo – Christian Mathieu Fournier

Comment la pandémie a-t-elle été vécue en CHSLD? Le documentaire «Jamais je ne t’oublierai», de Christian Mathieu Fournier, propose une incursion unique au cœur de la première vague au CHLSD de Saint-Casimir. Son film sera diffusé à l’émission DOC HUMANITÉ le 16 janvier à ICI Radio-Canada Télé.

Tandis que les aspects dramatiques de la pandémie font les manchettes, le cinéaste de Grondines a voulu offrir un exemple de résilience et de bienveillance en milieu d’hébergement.

En entrevue le 8 janvier, Christian M. Fournier avouait avoir été surpris par ce qu’il a découvert durant son année de tournage. «C’est un beau petit rayon de soleil, résume-t-il. C’est aussi le seul film dans lequel on va avoir vécu l’avant, le pendant et l’après de la première vague du coronavirus.»

Gilles Pellerin, de Saint-Ubalde, qu’il avait connu sur le tournage de «La Maison des Syriens», l’a conduit au CHSLD de Saint-Casimir. «Il m’a dit : “Il y a 30 bénévoles pour 60 résidents. C’est unique au Québec !”», raconte M. Fournier.

Après avoir obtenu l’assentiment du CIUSSS, des résidants, du personnel et des bénévoles, il a commencé en novembre 2019 ses allers-retours au CHSLD. Quatre jours par semaine, il a promené sa caméra sur leur vie quotidienne.

Et la pandémie est arrivée. «J’étais parti avec l’idée de montrer la bienveillance des bénévoles. Puis, le 14 mars, tout a fermé. Personne n’avait plus le droit d’entrer», relate le cinéaste.

L’infirmier et travailleur social Rémi Bélanger a pris la caméra lors du confinement. Photo – Christian Mathieu Fournier

Tenant à poursuivre le tournage, il a proposé à l’infirmier et technicien en loisirs Rémi Bélanger de prendre le relais. «Je lui ai acheté une petite caméra pour qu’il filme le confinement», raconte-t-il.

Et c’est ce que M. Bélanger a fait, malgré toutes ses occupations, un dévouement que le cinéaste salue : «Il fallait qu’il brise l’isolement, qu’il tienne le iPad, qu’il joue au bingo… Il a créé de petits miracles», affirme Christian Mathieu Fournier. Le caractère unique du film doit grandement à la présence de Rémi Bélanger au cœur de la pandémie.

La levée de l’isolement en CHSLD le 26 juin a ramené le cinéaste au centre d’hébergement. Il a pu filmer le retour des bénévoles et des proches aidants et terminer son tournage à la fin de l’été. «L’isolement, c’est un drame, affirme M. Fournier. Mais on voit beaucoup de dignité. Les résidants se soutiennent, chantent ensemble.»

Christian Mathieu Fournier reconnaît que la pandémie a donné un caractère unique à son film. «[Il] met en lumière des gestes qui pouvaient peut-être paraître banals à l’époque, mais qui aujourd’hui se révèlent extrêmement précieux», explique le réalisateur.

Il tient à dire qu’il n’aurait jamais pu le réaliser, n’eût été les relations de confiance qu’il avait développées dans les mois précédents avec la direction, les résidants, le personnel, les bénévoles. Il rend hommage à ces gens qui sont plongés dans une crise sanitaire sans précédent.

En plus de témoigner d’un moment sans précédent de la vie du Québec, Christian Mathieu Fournier ajoute à sa filmographie un autre volet de la vie en région, plus précisément dans Portneuf, qu’il a abordée avec «L’Ange de Grondines» ainsi que les deux documentaires sur les Syriens, films réalisés avec sa conjointe Nadine Beaudet. «Des gens se reconnaissent et même si certains sont décédés, il restera un souvenir pour Portneuf», dit-il.

Le documentaire «Jamais je ne t’oublierai» dérive d’un projet de film, intitulé «Casimir», sur lequel Christian Mathieu Fournier continue de travailler, virtuellement dans les circonstances, et qui devrait être lancé en 2022.

«Jamais je ne t’oublierai» peut être visionné dès maintenant sur ICI TOU.TV et sera diffusé le 16 janvier 22h30 sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé.

Les clientes du salon de coiffure chantent sur un air d’harmonica. Photo – Christian M. Fournier

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Dumas Gilles
Dumas Gilles
2 mois

Félicitations à tous ceux qui ont été présent durant le tournage Vous êtes merveilleux , généreux et précieux pour les aînés