Ottawa interdit les armes d’assaut

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
Ottawa interdit les armes d’assaut
Le gouvernement a interdit en mai les armes à feu de type armes d'assaut. photo - stock-image

Le gouvernement du Canada a interdit plus de 1500 modèles d’armes à feu de style armes d’assaut et certaines composantes des armes à feu. Les détenteurs d’armes à feu et des députés conservateurs, dont le député Joël Godin, remettent en question la valeur de ces mesures dans la lutte contre la criminalité. D’autres jugent qu’il ne va pas assez loin.

Le gouvernement de Justin Trudeau a interdit un certain nombre d’armes le 1er mai, ce qui signifie qu’elles ne peuvent plus légalement être utilisées, vendues ou importées. Une période d’amnistie en vertu du Code criminel est accordée jusqu’en 2022 pour les propriétaires. Le gouvernement prévoit mettre en œuvre un programme de rachat le plus rapidement possible.

Le député fédéral Joël Godin dit qu’il est d’accord sur l’objectif de protéger les Canadiens, mais pas sur la façon qu’a employée le gouvernement «en bafouant la démocratie» et en faisant passer les chasseurs et les amateurs de tir pour des gens criminels. «Je vais toujours défendre l’objectif, mais je vais aussi toujours défendre les chasseurs et les amateurs de tir. Ce sont d’honnêtes gens», a-t-il déclaré.

Selon lui, le décret interdisant 1500 armes n’atteint pas la cible. «On n’éliminera pas les tueries. La plupart ont été faites avec des armes illégales. Je ne défendrai pas les AK-47, c’est une arme militaire. Ça, je n’ai aucun problème, mais il faut arrêter de faire porter l’odieux à nos honnêtes chasseurs et sportifs du tir. Ce ne sont pas eux qui sont responsables de ça», dénonce Joël Godin.

Selon les conservateurs, il vaudrait mieux investir dans la santé mentale et fermer les frontières à l’importation des armes et donner aux policiers les outils nécessaires pour intervenir.

Selon le député, le gouvernement bafoue la démocratie. «C’est quoi cette attitude qui fait des propriétaires d’armes des criminels du jour au lendemain sans qu’ils aient commis d’actes répréhensibles ? demande-t-il. C’est irrespectueux des citoyens et des droits.»

Le député dénonce l’improvisation du gouvernement libéral qui a agi par «intérêt partisan et personnel en temps de crise.» Selon lui, ce n’était pas une priorité et il aurait mieux valu avoir un plan pour relancer l’économie.

Par contre, PolySeSouvient souhaite voir cette interdiction devenir une loi pour qu’elle devienne permanente, ce à quoi les libéraux ont consenti. Selon un sondage, 61% des Canadiens veulent que le gouvernement libéral respecte sa promesse électorale de racheter toutes les armes d’assaut existantes et 23% sont en désaccord. L’appui à un programme de rachat de toutes les armes d’assaut est plus élevé au Québec (74%).

Nathalie Provost, survivante et porte-parole de PolySeSouvient , souhaite le rachat obligatoire des armes. «Sans programme de rachat obligatoire, des dizaines de milliers d’armes semi-automatiques de type militaire resteront entre des mains privées pendant des générations et, avec eux, leurs risques inhérents pour la sécurité publique», commente-t-elle.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des