Pont-Rouge relance l’idée d’une école secondaire

Photo de Denise Paquin
Par Denise Paquin
Pont-Rouge relance l’idée d’une école secondaire
Pont-Rouge a perdu son école secondaire en 2013, quand l’école primaire du Perce-Neige a accaparé l’édifice de l’ancienne école Saint-Charles pour y loger ses nombreux élèves. Photo - archives

Misant sur la croissance de sa population, tributaire de son important développement résidentiel, Pont-Rouge relance l’idée d’une école secondaire. La Ville tâte actuellement le pouls des parents par l’entremise des réseaux sociaux.

Pont-Rouge a lancé le 30 juin un sondage afin de connaître l’intérêt des parents pour une école secondaire. Les résultats de cette consultation en cours jusqu’au 15 juillet alimenteront en statistiques une étude de marché visant à soutenir un éventuel projet auprès du ministère de l’Éducation.

«C’est une demande de gens qui viennent s’implanter à Pont-Rouge et la cause pour laquelle d’autres ne viennent pas», explique le conseiller municipal Mario Dupont, à l’origine de la consultation.

En raison de la forte croissance du nombre d’élèves au primaire, Pont-Rouge a perdu son école secondaire en 2013. Les jeunes sont dirigés depuis vers celle de Donnacona.

Or, pour plus de 50% des élèves qui sortent de Perce-Neige, le passage se fait vers l’école privée, affirme Mario Dupont. Comme une grande proportion des nouveaux résidants travaillent déjà à Québec, ils voyagent leurs enfants. D’autres prennent les services de transport des écoles privées qui se rendent jusqu’à Portneuf, voire à Saint-Raymond.

Une école, quelle école ?

«L’étude socioéconomique veut évaluer si c’est possible d’avoir une école secondaire. On préfère faire la vérification avant de voir avec le gouvernement si ça l’est», indique le conseiller municipal Mario Dupont.

Le Centre de services scolaires de Portneuf (nouveau nom de la commission scolaire) est consulté sur la démarche et sa directrice, Marie-Claude Tardif, voit d’un bon œil le fait que la Ville valide son idée auprès de sa population. «Avec la loi 40 sur l’instruction publique, il faut prévoir le coup ! Ça prend tellement de critères», ajoute-t-elle.

L’un d’entre eux est l’obligation faite aux villes de fournir le terrain pour une école. Pont-Rouge en avait déjà réservé un, au sud de la rue Poulin. Le conseiller municipal Mario Dupont indique qu’il a été vendu à Canac. «On a d’autres possibilités, ce n’est pas un problème», affirme-t-il.

Un objectif du sondage est aussi d’établir le profil de la clientèle et de connaître l’intérêt des parents pour un programme particulier. Le sports-études est une des raisons qui attire les jeunes à Québec au secondaire.

Mario Dupont estime que de donner une personnalité à une future école intéresserait les parents de toute la région et permettrait de retenir les jeunes dans Portneuf. C’est d’ailleurs pour cette raison que le sondage s’adresse à tous les parents de Portneuf. «Si on est capable de faire une rétention de nos jeunes, c’est ça de gagné», dit-il.

«Après [la conclusion de l’étude], il y a des décisions qui vont se prendre», affirme Mario Dupont.

«On n’est pas en train de dire qu’on ouvre une école secondaire», temporise de son côté la directrice du Centre de services scolaires de Portneuf, Marie-Claude Tardif. Elle indique que les données compilées par la Ville devront s’arrimer aux statistiques et aux projets de développement du Centre de services scolaires. «On va travailler en collaboration avec eux, mais pas sans que les conditions soient là», ajoute Mme Tardif qui souligne que Pont-Rouge est un bon partenaire.

Pour accéder au  sondage : https://bit.ly/3iqc7Uo

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des