Un nouvel accueil touristique à Rivière-à-Pierre

Photo de Denise Paquin
Par Denise Paquin
Un nouvel accueil touristique à Rivière-à-Pierre
De gauche à droite : Mélanie Vézina, DG de la municipalité, Sophie Moisan, responsable du projet et la mairesse de Rivière-à-Pierre Andrée Saint-Laurent en compagnie du député Vincent Caron. Photo - gracieuseté

Rivière-à-Pierre se dotera d’une nouvelle structure d’accueil touristique pour mettre en valeur le secteur des chutes de la Marmite.

Environ 85 000 visiteurs passent dans le secteur chaque année. Mais il n’existe plus de relais pour les accueillir, les sustenter et les informer sur les activités à faire à Rivière-à-Pierre.

Pour le remplacer, la municipalité construira une yourte et une terrasse près du site naturel bien connu. On souhaite que ce «projet durable et abordable» redonne de sa splendeur à la municipalité, a indiqué la responsable du projet, Sophie Moisan, lors d’une visioconférence le 2 juin.

L’édifice servira de lieu d’accueil quatre saisons aux résidents et aux visiteurs qui se rendent dans la Zec Blanche ou la Réserve Portneuf, qui visitent le parc des chutes ou parcourent les sentiers.

Il est d’ailleurs prévu d’allonger à six kilomètres le sentier actuel qui en fait 1,5. Les gens pourront marcher jusqu’au lac Clair, longer la rivière Batiscan et même monter vers un promontoire d’où ils pourront admirer le panorama.

Le projet de 90 000$ sera réalisé dans les prochaines semaines afin d’être fin prêt pour la tenue du Symposium Eau en couleurs, fin septembre, a annoncé Mme Moisan.

La municipalité lui alloue 30 000$ pour sa réalisation. Le député Vincent Caron a confirmé une subvention de 5 000$, avec la participation de la ministre responsable de la Capitale-Nationale Geneviève Guilbault. Le député prévoit qu’une aide du Secrétariat de la Capitale-Nationale pourrait s’ajouter pour faire briller «un des joyaux de Portneuf […] un régal pour les yeux au haut potentiel récréotouristique».

Sophie Moisan a indiqué que des demandes de financement ont aussi été faites à Hydro-Québec, la Fondation de la faune et la MRC.

Le projet s’inscrit dans le plan «Oser RAP» lancé il y a un an «afin que Rivière-à-Pierre se fasse valoir comme municipalité bien vivante», a déclaré la mairesse Andrée Saint-Laurent. Elle a rappelé que l’initiative est une réponse à un article du Journal de Québec, paru en décembre 2018, jugé peu élogieux pour la petite municipalité 650 habitants.

Le projet de l’accueil touristique est la phase un d’une nouvelle étape du plan «Oser RAP». Les prochaines étapes viseront l’amélioration de l’hébergement et des services, a annoncé Sophie Moisan.

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des