Le Camp Portneuf annule ses camps

Photo de Denise Paquin
Par Denise Paquin
Le Camp Portneuf annule ses camps
Le Camp Portneuf sera assez tranquille cet été avec l’annulation de ses principales activités. Photo – archives

Camp de vacances ou camp de jour, le Camp Portneuf, à Saint-Raymond, annule presque toutes ses activités estivales en raison de la COVID-19.

Depuis le début de la pandémie, les mauvaises nouvelles se sont abattues l’une après l’autre sur le camp de vacances du lac Sept-Îles.

Vendredi, son directeur Olivier Lauzon en a ajouté une bien malgré lui en annonçant l’annulation du camp de jour.

«On a pris la décision de ne pas opérer notre camp de jour dans le contexte actuel. Ça ne nous permettait pas d’offrir un accueil de qualité et sécuritaire», a expliqué M. Lauzon. «C’est une décision très, très dure, émotive, mais réfléchie», a-t-il ajouté.

Il souligne que la grande réduction des ratios d’encadrement imposée par la santé publique coupe de près de la moitié la capacité d’accueil du camp d’été. «Si on voulait assurer la pérennité de l’organisation, on devait prendre cette décision pour assurer la stabilité de notre situation financière», a justifié le directeur.

La veille, le premier ministre François Legault avait décrété la fermeture des camps de vacances au Québec en raison des mesures sanitaires supplémentaires exigées, difficiles à appliquer.

Comme si ce n’était pas assez, les responsables du Camp Portneuf avaient déjà dû mettre une croix sur les sorties de fin d’année scolaire de mai et d’avril. À elles seules, elles comptent pour 30% des revenus annuels. «C’est ce qui nous a ébranlés financièrement», confie M. Lauzon.

«Au moment où je vous parle, le Camp Portneuf va tenir presque aucune activité», résume-t-il.

À lui seul, le camp accueille chaque été 1000 enfants en camp de jour par été. Il faut ajouter à ce nombre les 5000 enfants en sorties de fin d’année scolaire et les 3500 personnes qui y passent leurs vacances. «C’est juste pour l’été sans compter les autres saisons», dit Olivier Lauzon. Le Camp Portneuf accueille 1580 visites journalières sur une base annuelle, indique-t-il.

Les travailleurs sont aussi impactés directement. Les 16 saisonniers sont sans emploi depuis le mois de mars et c’est peut-être ce qui attend les 4 permanents pour l’été.

Les responsables sont en train de préparer une «petite programmation estivale» qui permettrait à des familles de participer à quelques activités ponctuelles, pour faire un peu de plein air et prendre du répit, sur réservation. «Ce sera peut-être les seules activités qu’il nous sera permis de faire en 2020», dit Olivier Lauzon.

«On est toujours dans l’attente de normes pour la location de chalets, mais ça ne fait pas partie présentement de la feuille de route du premier ministre», ajoute-t-il.

«La Ville a réitéré son engagement avec nous à long terme», a indiqué M. Lauzon qui s’est fait un devoir d’informer personnellement le maire Daniel Dion de la situation. L’ancienne base de plein air fondée par les Pères du Très Saint-Sacrement a été relancée en 2015 avec le soutien de la Ville de Saint-Raymond et des Chevaliers de Colomb.

Le Camp Portneuf commencera dans les jours qui viennent à rembourser les paiements.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des