Réouverture des écoles: les enseignants de Portneuf ambivalents

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
Réouverture des écoles: les enseignants de Portneuf ambivalents
Plus de 60% des enfants retourneront en classe le 11 mai. Photo - Archives

Le premier ministre François Legault a annoncé qu’il présentera un scénario de réouverture graduelle des écoles publiques la semaine prochaine. Les enseignants de Portneuf sont ambivalents face à ce retour en classe, selon leur syndicat.

«Nous savons évidemment qu’un retour est en classe se fera, mais il doit bien se faire, dit la présidente du Syndicat de l’enseignement de Portneuf (SEP), Isabelle Paulin, dans un courriel. Elle a été surprise de l’annonce du premier ministre le 22 avril alros que les syndicats, les associations de directions d’école et de directeurs généraux, et les comités de parents n’ont pas été mis au courant des scénarios.

Le premier ministre François Legault a annoncé le 22 avril que le scénario serait dévoilé la semaine prochaine et qu’il faudrait deux semaines pour rouvrir les écoles. «Nous attendons les scénarios prévus, en accord avec les directives de la santé publique, pour voir comment le retour peut s’effectuer de façon sécuritaire pour tout le personnel, les élèves et leurs familles», a poursuivi Mme Paulin.

Selon la présidente, les enseignantes et les enseignants de Portneuf répondent présents depuis le début de la crise, autant pour les suivis des élèves, les rencontres virtuelles en équipe école, le bénévolat dans la communauté, l’aide à leur famille. «Ils respecteront les directives qui seront émises pour le retour», assure-t-elle.

Selon Mme Paulin, les enseignants ont hâte de retourner en classe, mais sont inquiets pour leur santé et celle des leurs. «Nous avons hâte de retrouver nos élèves, nos routines, nos repères.  Les enseignants sont aussi des citoyens avec leurs inquiétudes et leurs réalités», commente-t-elle. Mme Paulin explique que certains ont des problèmes de santé bénins en temps «normal», mais qui les exposent plus sérieusement à la COVID-19 et que d’autres vivent avec des personnes plus à risque.  «C’est pourquoi nous participerons activement à la mise en place de solutions, à l’échelle nationale et à l’échelle locale, pour que la santé et la sécurité de tous soient considérées en premier lieu», a-t-elle conclu. Des comités de travail ont été mis en place avec le ministère de l’Éducation.

Les conducteurs d’autobus inquiets

Les conductrices et les conducteurs d’autobus scolaires sont effrayés par le retour imminent à l’école, selon la CSN. Ils sont d’autant plus inquiets que les véhicules ne permettent pas la distanciation sociale et qu’au moins 14 % des conducteurs ont 65 ans et plus, selon la centrale syndicale.

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des