Service de garde: des places à Saint-Raymond et des parents qui s’impatientent

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
Service de garde: des places à Saint-Raymond et des parents qui s’impatientent

Le CPE Nid des Petits de Saint-Raymond a obtenu cinq nouvelles places pour son installation qui sera construite sur la côte Joyeuse, mais des parents ailleurs dans Portneuf qui ne peuvent trouver un service de garde s’impatientent.

Les cinq places supplémentaires accordées au CPE Nid des Petits font partie des 2192 annoncées il y a deux semaines par le ministre de la Famille pour répondre aux besoins des parents étudiants. Elles s’ajoutent aux 39 places du CPE qui ouvrira ses portes en septembre. On attendait la permission d’ajouter cinq places pour poupons réservées aux mamans étudiantes. Selon le député Vincent Caron, les responsables souhaitaient connaître leur admissibilité avant la construction du CPE.

Le CPE La Veilleuse voudrait bien aussi avoir une pouponnière à son installation de Saint-Marc-des-Carrières pour répondre à la demande. Il y en a une à Portneuf et il a demandé sans succès des places supplémentaires en pouponnière pour Saint-Marc il y a deux ans environ, confirme la directrice Andrée Quessy. Elle attend le prochain appel de projets, qui devrait venir prochainement, selon le député.

Entretemps, des parents se plaignent de ne pouvoir trouver une place. Selon un d’eux, «ça fait beaucoup de grogne, car il [le CPE] envoie plusieurs enfants à Portneuf et  les familles de Portneuf ne peuvent pas envoyer les leurs aux CPE de Cap-Santé et de Donnacona, car il priorise les enfants de leur ville», dénonce-t-il.

Fermeture de garderies privées

La fermeture de services de garde privés en milieu familial cause aussi des maux de tête aux parents. La loi 143 a entraîné la fermeture de nombreux services de garde non reconnus et a accentué la pénurie. C’est le cas à Saint-Basile où quatre garderies privées ont fermé leurs portes dans les dernières semaines laissant une vingtaine d’enfants sur le carreau. Selon le député, les services de garde en milieu non subventionnés avaient un an pour se conformer aux exigences du ministère, mais plusieurs ont plutôt choisi de fermer leurs portes.

Selon une responsable de service de garde en milieu familial reconnu, le besoin est criant à Saint-Basile. Plusieurs familles cherchent une place. Selon elle, l’ouverture d’une installation dans la ville est nécessaire. Le député voit d’un bon œil qu’un CPE puisse s’y installer. Il contactera les autorités locales, a-t-il assuré. C’est vraiment un besoin et la ville est prête à faire son bout de chemin, affirme le maire Guillaume Vézina.

Le ministère de la Famille reconnaît que le nombre de places est déficitaire dans la MRC comme ailleurs dans la région de Québec et le restera au moins jusqu’en 2022. M. Caron aimerait que le ministère convertisse des places dans les garderies privées reconnues en places subventionnées pour atténuer le problème.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des