Saint-Raymond: bonnes conditions présentement pour éviter l’inondation

Photo de Steeve Alain
Par Steeve Alain
Saint-Raymond: bonnes conditions présentement pour éviter l’inondation
Les représentants de la Ville et des experts ont informé la population. Photo – Steeve Alain

Le couvert de glace sur la rivière Sainte-Anne au centre-ville de Saint-Raymond «est relativement lisse et bas» et il y a un bon dégagement sous les ponts. Les conditions sont bonnes présentement avant la crue printanière, selon les autorités.

Les dirigeants de Saint-Raymond et des experts partenaires ont fait part de l’état de la rivière Sainte-Anne lors d’une rencontre d’information publique hier, à quelques semaines du dégel printanier.

Selon Christian Julien, de la Ville, la rivière est relativement calme avec un couvert de glace lisse et bas au centre-ville.

M. Julien a fait mention d’un plus grand dégagement sous les ponts comparativement à l’an dernier. Le dégagement sous le pont Tessier se situe à 12 pieds 6 pouces, alors qu’il était de 4 pieds en 2019. Sous le pont Chalifour, il se situe à 10 pieds six pouces, par rapport à 3 pieds en 2019.

Le frasil, cause importante des débordements, est présent sur une épaisseur de sept pieds au centre-ville, mais «il est clair et non dense», a précisé M. Julien, qui souligne que le seuil rocheux et l’estacade flottante en amont du centre-ville ainsi que les opérations à l’estacade fixe ont donné des résultats.

Selon Thomas Simard Robitaille de l’Université Laval, les mesures ont permis de réduire de trois pieds 10 pouces le couvert de glace cet hiver. «Le seuil rocheux et l’estacade flottante ont fait le travail le 15 décembre. Sinon, il y aurait un tiers de plus de glace au centre-ville», a-t-il dit.

Étant donné les «bonnes conditions présentement», la Ville ne prévoit pas faire appel à la pelle amphibie «grenouille» au printemps. M. Julien a mentionné qu’un autre équipement, la pelle «araignée», reviendra sur la rivière pour y faire un chenal à la fin mars début avril.

Plus d’une centaine de citoyens ont assisté à la rencontre d’information sur la rivière. Photo – Steeve Alain

Devant la centaine de citoyens présents à la rencontre au centre multifonctionnel, l’expert Brian Morse a rappelé le long processus entrepris depuis l’inondation de 2014.

«Malgré que ça va bien, je ne suis pas content, car vous êtes encore vulnérables, a-t-il affirmé. Je serai content quand vous ne serez plus vulnérables».

Outre les mesures utilisées jusqu’ici pour réduire les risques d’inondations, des travaux au barrage de Chute-Panet figurent maintenant comme une priorité. Selon les experts, de nouvelles vannes permettraient de hausser et de baisser le niveau d’eau de la rivière de façon à briser les glaces. Le financement reste cependant à obtenir.

L’enlèvement de la quarantaine de «cages» de drave, des caissons de pierre répartis sur 3,5 km dans la rivière, doit avoir lieu cet été. La digue nord entre le pont Tessier et l’estacade sera aussi améliorée durant l’année afin de mieux protéger le «village Sainte-Marie».

Selon le maire Daniel Dion, la Ville est à l’étape des solutions concrètes. Il a remercié notamment les gens du ministère de l’Environnement «qui commencent à nous comprendre», faisant référence aux permis obtenus rapidement pour le démantèlement des «cages».

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des