L’explorateur Joseph Bureau reprend sa place dans l’histoire

Photo de Benoit Laganière
Par Benoit Laganière
L’explorateur Joseph Bureau reprend sa place dans l’histoire
Robert Fleury a brossé le portrait de l'explorateur Joseph Bureau lors du lancement de son livre. Photo - Benoit Laganière

Plus de 4000 heures de travail ont été nécessaires à l’auteur et ancien journaliste Robert Fleury pour reconstituer les exploits de l’explorateur Joseph Bureau, de Saint-Raymond.

M. Fleury a exposé le fruit de son travail à l’occasion du lancement de la biographie «Joseph Bureau, Explorateur officiel, La colonisation au temps du curé Labelle» le 16 novembre. L’ouvrage de plus de 400 pages, contenant 150 illustrations, est publié aux Éditions GID.

Le projet a pris naissance dans un ouvrage d’environ 70 pages résumant la vie de Joseph Bureau lors du 175e anniversaire de Saint-Raymond. Robert Fleury a vite découvert que l’explorateur avait été oublié dans les livres d’histoire du Québec. Au fil de ses recherches, il découvrait un être hors normes, un des plus grands explorateurs que le Québec ait connu.

«Joseph Bureau était un personnage fabuleux, une sorte de vedette de son temps», a raconté Robert Fleury, admiratif. «Mesurant six pieds, pas de gras, et pas tuable», l’explorateur a arpenté les forêts du Québec pour baliser les chemins à construire pour atteindre, entre autres, le Saguenay, le Lac-Saint-Jean, le Témiscamingue, le Témiscouata et l’Outaouais. Il a également pris part à d’autres expéditions, notamment à l’île Anticosti et au Labrador. Il a même développé une expertise dans la construction de ponts.

C’est un autre grand homme de son temps, mieux connu celui-là, le curé des Pays d’En-Haut, Antoine Labelle, que Joseph Bureau doit en partie sa carrière. Afin de contrer l’exode des Québécois qui, faute de terres à cultiver, s’en vont chercher du travail par centaine de milliers dans les filatures de la côte Est des États-Unis, le curé Labelle lance des expéditions afin d’ouvrir à la colonisation des territoires vierges. C’est alors que Bureau devient devenu l’explorateur officiel du curé Labelle.

«L’explorateur pouvait partir 10 mois d’affilée. Il a failli mourir de faim à deux reprises, n’eût été de ses connaissances de la forêt et des pratiques des coureurs des bois qui laissaient de la nourriture sur leurs sentiers», a expliqué M. Fleury.

C’est à la Maison Plamondon, habitation de brique construite en 1908 par l’explorateur, qu’a eu lieu le lancement du livre. Robert Fleury a raconté qu’il avait commencé sa propre aventure à partir de quelques caisses d’archives sauvées par l’arrière-petite-fille de l’explorateur, Louise Plamondon. La famille et l’entourage ont coopéré afin de rassembler tout document pouvant aider l’auteur à poursuivre ses recherches. M. Fleury a également puisé dans les documents officiels, dont les registres de colonisation, conservés à Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Le livre «Joseph Bureau Explorateur officiel, La colonisation au temps du curé Labelle» est vendu en librairie.

L’auteur et ancien journaliste du Soleil Robert Fleury a dédicacé plusieurs livres lors du lancement à Saint-Raymond. Photo – Benoit Laganière

L’auteur et ancien journaliste du Soleil Robert Fleury a dédicacé plusieurs livres lors du lancement à Saint-Raymond. Photo – Benoit Laganière

 

 

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des