Un système destiné à révolutionner le déneigement

Photo de Denise Paquin
Par Denise Paquin
Un système destiné à révolutionner le déneigement
Le directeur des ventes, Charles Jr Guénette, et le propriétaire d'Eco-Trak Industrie, Clément Gauvin. Photo - Denise Paquin

La neige qui arrive trop vite au goût de plusieurs est pourtant la bienvenue chez Eco-Trak Industrie. L’entreprise de Donnacona mettra à l’essai cet hiver un système destiné à révolutionner le déneigement des routes.

Après deux ans de recherche et d’innovation, Eco-Trak Industrie a conçu un système d’allègement de gratte pour les déneigeuses.

Le système utilise la pression hydraulique pour transférer le poids de la gratte sur l’essieu avant du camion. Une gratte de 2500 livres qui en est munie n’en pèse plus que 500 à 600, ont évalué les concepteurs à la suite des premiers essais effectués l’hiver dernier.

«Ça a beaucoup d’avantages. Au niveau énergétique, on a calculé qu’on devrait avoir à peu près 20% d’économie de carburant», estime le propriétaire de l’entreprise, Clément Gauvin, qui a présenté l’innovation lors d’un événement marquant le 10e anniversaire d’Eco-Trak en octobre.

Le système réduirait également l’usure des lames et, probablement, de la chaussée, mais cette dernière hypothèse doit être validée.

«En 10 ans c’est la première fois qu’on demande un brevet. C’est quelque chose d’extraordinaire, qui existe nulle part!» lance M. Gauvin dont l’entreprise s’est taillé une place sur le marché domestique et d’exportation avec ses balances, limiteurs de portée et logiciels de creusage 2D pour excavatrices.

Des essais auront lieu cet hiver en partenariat. «Actuellement, nous avons un partenaire privé et sommes en attente d’un autre. Nous avions comme objectif d’en installer deux cet hiver», a précisé le directeur des ventes Charles Jr Guenette. Eco-Trak vise une mise en marché à l’hiver 2021.

Rencontre avec le MTQ

Enthousiasmé par «l’effusion de matière grise» qu’il a constatée lors de sa visite, le député Vincent Caron s’est engagé à faire la promotion du prototype auprès du ministre des Transports François Bonnardel. Une rencontre aura lieu en début d’année 2020, a confirmé Guillaume Rosier, attaché politique du député Caron.

La mise en marché d’une innovation technique de cette ampleur serait un réel succès pour l’entrepreneur qui a dû abandonner un autre projet qui lui tenait à coeur: un tracteur quatre roues motrices de 200 HP polyvalent pour remplacer les gros équipements dans une municipalité. «C’était vraiment quelque chose d’extraordinaire! Malheureusement, le marché n’était pas prêt à recevoir notre innovation technologique», a commenté Clément Gauvin.

Eco-Trak investit environ 300 000$ par année en crédits de recherche et développement. «En regard de la grosseur de l’entreprise, c’est passablement d’efforts. On n’a pas le choix. On a des compétiteurs qui n’investissent pas et on va chercher des parts de marché continuellement», affirme le propriétaire. Il y a deux ans, l’entreprise a commencé à exporter dans les autres provinces canadiennes, en Amérique du Sud, en Asie et en Europe, notamment en Russie.

Eco-Trak vise maintenant la Californie, qui connaît «le plus gros boom au niveau de la construction», a expliqué le directeur des ventes Charles Jr Guenette.

«L’innovation, je compare ça à l’étincelle, mais sans le carburant, les moyens, c’est impossible de développer», affirme Clément Gauvin qui a eu l’idée de son système de levage à Cuba, en discutant avec un conducteur de camion de la Ville de Montréal. C’est d’ailleurs à Cuba qu’il amène son équipe d’une douzaine d’employés passer les Fêtes, pour les remercier de leur engagement.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des