Les femmes d’affaires se rencontrent

Photo de Steeve Alain
Par Steeve Alain
Les femmes d’affaires se rencontrent
Thérèse B. Thibodeau, Isabelle Cauchon, Doris Julien et Manon Brazeau. Photo – Steeve Alain  

La 17e rencontre automnale «Femmes en réseaux, Femmes de défis» organisée par la SADC a permis une fois de plus aux participantes d’échanger entre elles et de se raconter.

Selon Doris Julien, de la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC), l’activité pour femmes d’affaires est nécessaire, car elle permet entre autres d’éviter l’isolement par les échanges entre les participantes.

La grande majorité des femmes présentes sont à la tête de petites entreprises et les éditions passées de l’activité ont permis de réaliser des maillages entre certaines entreprises, a indiqué Mme Julien.

Une trentaine de femmes d’affaires, entrepreneures, travailleuses autonomes et professionnelles des MRC de Portneuf et Jacques-Cartier ont pris part à l’activité à l’Auberge du couvent, à Saint-Casimir, le 20 novembre.

Mme Julien a dit qu’il est difficile de connaître le nombre actuel de femmes entrepreneures sur le territoire et de déterminer si leur nombre augmente, se maintient ou diminue.

Isabelle Cauchon, Manon Brazeau et Thérèse B. Thibodeau ont livré des témoignages sur leur cheminement professionnel.

Mme Cauchon, massothérapeute-kinésithérapeute et conseillère bien-être d’huiles essentielles, a souligné qu’il est important de connaître ses forces et de bien s’outiller. «Je m’écoute de plus en plus», a mentionné celle qui vient d’ajouter à ses services celui de conseillère d’huiles essentielles doTerra.

Mme Brazeau, de La Sucrière, est «passée de l’esthétique à l’acériculture». Elle a suivi des formations entre autres en transformation des produits de l’érable et en cuisine, avec l’objectif d’offrir des produits différents des mets traditionnels. Elle affirme éviter la solitude de l’entrepreneure en faisant partie de conseils d’administration d’organismes, pourvu que les réunions se terminent avant 22h!

Mme Thibodeau a été présentée comme une femme multitâche. «J’ai appris jeune à me débrouiller», a-t-elle précisé. Celle qui offre aujourd’hui des services en comptabilité a travaillé notamment dans une boutique de lingerie, a créé son atelier de couture, vendu des produits Avon, effectué la comptabilité dans une entreprise de bois et dirigé ses restaurants avec service de traiteur spécialisé dans les gâteaux de mariage, avant de retourner aux études à l’âge de 60 ans.

Une conférence de Vincent Fournier, auteur du livre «Arrêtez de vendre, laissez vos clients vous acheter!» ainsi qu’une conférence d’Allison Van Rassel portant sur l’application Instagram étaient aussi au programme.

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des