«Code Wifi»: un roman jeunesse sur le danger des écrans

Photo de Denise Paquin
Par Denise Paquin
«Code Wifi»: un roman jeunesse sur le danger des écrans
Mélanie Chalifour lors du lancement de son livre à la bibliothèque de Cap-Santé. Photo - Nathalie Vachon

Quel est l’impact de l’addiction aux écrans chez les jeunes? Témoin de cette dépendance croissante, Mélanie Chalifour a écrit à l’intention des préados son premier roman, «Code Wifi». 

La mère de trois jeunes enfants ne compte plus les situations où elle a vu le cellulaire et les réseaux sociaux remplacer la conversation dans les familles. Et on ne parle pas des jeux vidéos, comme Fortnite, qui inspirera son deuxième roman!

«Au resto, quatre personnes regardent leur Facebook plutôt que de se parler. Pourquoi ne mangent-ils pas chez eux? Au CLSC, j’ai été sidérée de voir des parents donner leur cellulaire à leur enfant. Moi et ma fille, on détonait avec notre livre!» raconte-t-elle.

Mais l’événement qui a allumé l’étincelle s’est produit chez elle: lorsque des amis de son aîné, à peine passé le seuil de la porte, ont demandé le code Wifi. Elle s’est posé la question: quel est l’impact de la technologie sur les enfants?

Ce fameux code Wifi, sésame de la communication branchée, est devenu le titre de son premier roman jeunesse destiné aux préadolescents de 8 à 12 ans.

«La technologie est de plus en plus présente, et chez des enfants de plus en plus jeunes. Je trouve ça aberrant, c’est un fléau!» lance l’auteure. Elle dit avoir voulu écrire un livre pour les inciter à reprendre contact avec la réalité, les autres, leur environnement, et dans lequel ils se retrouveront. «Je voulais un livre avec une morale», ajoute-t-elle.

Dans l’ouvrage de 120 pages, les lecteurs suivront Tim, un préado de 11 ans qui vient de recevoir un cellulaire pour Noël et qui se fait avaler par «la spirale d’Internet». «Ses pensées sont absorbées uniquement par ça. Sans Wifi, il devient colérique», explique Mélanie Chalifour, qui est gérante de projet dans le domaine de l’acier, collaboratrice au Courrier et graphiste dans ses temps libres.

Elle souligne que ses enfants et d’autres jeunes ont joué le rôle de comité de lecture et qu’ils ont été passionnés par l’ouvrage. Une enseignante de 5e année à l’école Bon-Pasteur à Cap-Santé en a déjà fait un outil pédagogique.

Le livre lancé le 12 octobre à la bibliothèque de Cap-Santé est vendu à la Librairie Donnacona. On peut aussi se le procurer en consultant la page Facebook Mélanie Chalifour auteure.

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des