Sécurité alimentaire: des pistes de solution se dégagent

Photo de Steeve Alain
Par Steeve Alain
Sécurité alimentaire: des pistes de solution se dégagent
À gauche, la coordonnatrice de l’atelier de cuisine, Sabrina Lepage, de Solidarité Familles Duberger-Les Saules, avec des participants. Photo – Steeve Alain

Éviter le gaspillage d’aliments en récupérant, transformant et redistribuant les aliments invendus pour donner une alimentation saine à toute la population a été au cœur de la troisième Journée de réflexion sur la sécurité alimentaire dans Portneuf.

Selon Sylvie Germain, chargée de projet en sécurité alimentaire, environ 3500 ménages portneuvois ont recours à un service d’aide alimentaire.

Ce nombre ne représenterait que la pointe de l’iceberg puisque des études laissent entendre que seulement 25% des gens en situation de pauvreté demandent de l’aide alimentaire.

Mme Germain a ajouté que les besoins sont en hausse pas seulement dans Portneuf mais dans l’ensemble de la province. «Les services d’aide alimentaire ne suffisent plus», a signalé Harold Côté de la Table de concertation en sécurité alimentaire de Portneuf.

Après deux années à dresser un portrait de la situation dans la région, les intervenants travaillent maintenant à la mise en place de solutions concrètes pour bien alimenter les gens dans le besoin.

«Il y a une belle mobilisation», a dit M. Côté, soulignant qu’un financement pour cinq ans a été accordé pour développer des projets en sécurité alimentaire.

Projet MAÏS

En ce sens, les responsables ont lancé officiellement le projet MAÏS pour Mise en valeur des Aliments Invendus et surplus agricoles du Système alimentaire de Portneuf.

Le projet vise à développer une gestion coordonnée de récupération, conservation, transformation et distribution d’un système alimentaire régional efficace afin d’améliorer l’accessibilité à une nourriture suffisante, saine et nutritive pour les personnes vulnérables.

«Il y a un potentiel de denrées qui étaient inutilisées», a mentionné Mme Germain. Le but est de récupérer des surplus alimentaires des producteurs agricoles, des supermarchés, des restaurants et des hôtels.

Des plateaux de travail pour l’obtention d’une diplomation d’aide-cuisinier pour jeunes de 18 à 35 ans en réinsertion sociale serviront pour la transformation alimentaire des denrées, qui seront ensuite vendues à faible coût.

Les intervenants en concertation avec les ressources alimentaires devront mettre en place un système de transport adéquat et d’entrepôts conformes. Le projet doit naître au cours des prochains mois dans un premier secteur de Portneuf. «On va y aller une bouchée à la fois», a imagé Mme Germain.

Journée de réflexion

La journée de réflexion sous le thème «De nos terres à nos tables» organisée par la Table de concertation en sécurité alimentaire a réuni environ 70 personnes à l’Auberge du couvent, à Saint-Casimir, le 17 octobre.

Un atelier de cuisine en matinée a réuni une douzaine de participants qui ont réalisé un chili à partir de produits locaux. Le plat a été servi lors du dîner-bénéfice au profit de Collation-Santé.

Conférence sur le gaspillage alimentaire, salon anti-gaspillage et zéro déchet et présentation d’organismes et d’initiatives de Portneuf et d’ailleurs étaient au menu.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des