Saint-Augustin aime jardiner

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
Saint-Augustin aime jardiner
Marc Bégin, Gilles-André Dubuc et Lucie Allard dans le jardin communautaire de Saint-Augustin-de-Desmaures. Photo – Alain Turgeon

Les résidents de Saint-Augustin-de-Desmaures qui cultivent leur petit lopin de terre dans le jardin communautaire peuvent reprendre le refrain de la Bolduc « Ah oui on en a des légumes».

Situé dans le parc industriel, le jardin communautaire est divisé en 41 jardins de 500 pieds carrés (20 sur 25 pieds) cultivés par les résidents de tous les secteurs de la ville depuis environ sept ans. En retrait de la Route 138, il est méconnu.

« C’est plus qu’un jardin, c’est un lieu de rencontre pour les gens de tous les secteurs », dit Lucie Allard, qui forme avec Marc Bégin, Gilles-André Dubuc et Suzanne Moreau le comité de coordination.

« Un pour cent des quelque 8000 ménages de Saint-Augustin-de-Desmaures jardine dans les lieux publics », fait remarquer M. Bégin qui est président du comité d’embellissement de la ville et coordonnateur du jardin communautaire. En plus des 41 lots dans le jardin communautaire, une quarantaine de jardinets sont installés au cœur de la municipalité pour ceux qui n’ont pas d’espace pour faire un jardin à la maison.

Pas de pesticides ni d’insecticides. « On ne peut pas être plus verts », lance M. Bégin. Pas non plus de plants de pomme de terre, de maïs ou de pot, souligne Mme Allard. Les usagers ont été bien avertis.

De nouveaux jardiniers arrivent chaque année. Le taux de roulement est d’environ 20 %. Chaque lot coûte 35 $ pour la saison. C’est beaucoup de gestion pour le comité, mais il y a aussi beaucoup de bénévolat, selon M. Bégin. Un compte-rendu est fait à la ville et au comité d’embellissement. Le comité organise une assemblée générale annuelle. On peut écrire à jardinsstaug@hotmail.com pour en savoir plus.

Le comité a entre autres construit une remise pour les outils, a aménagé un lieu de repos et a ajouté un évier pour les jardiniers. M. Dubuc a mis sur pied un projet de compost qui fonctionne très bien et un bénévole tond le gazon. Les locataires s’occupent de leur jardin et plusieurs participent à l’entretien du site. Les surplus des récoltes sont remis à l’organisme Présence-Famille, souligne M. Bégin.

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des