Courrier de Portneuf Journaliste

Le syndicat de l’usine Bowater de Donnacona fait un dernier don

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
Le syndicat de l’usine Bowater de Donnacona fait un dernier don
Le président du CINAF, Luc Ménard, et Gilles Papillon du Syndicat des travailleurs des pâtes et papier de Donnacona. Photo – Alain Turgeon

Le Syndicat des travailleurs des pâtes et papiers de Donnacona affilié à la CSN fermera les livres définitivement à l’automne, 82 ans après sa fondation et dix ans après la fermeture de l’usine Bowater. Il a vidé ses coffres avec un dernier don de 30 000$ pour le parc des Berges.

«La communauté de Donnacona et des environs a toujours été solidaire avec le syndicat», dit son ancien président, Gilles Papillon. C’est dans cet esprit de redonner à la collectivité qu’il y a six ans les ex-travailleurs ont décidé en assemblée générale de remettre des biens et de l’argent aux organismes du milieu. Le syndicat aura versé près de 400 000$ au total dans la collectivité.

Le syndicat a déjà donné 150 000$ à la ville de Donnacona et 100 000$ à Cap-Santé pour la création du parc de la rivière Jacques-Cartier. C’est dans cette continuité que le Syndicat des travailleurs des pâtes et papiers de Donnacona a versé 30 000$ au parc des Berges. «Ce n’est pas le premier appui que le syndicat nous donne. C’est avec un grand honneur qu’on va suivre les traces du syndicat. Soyez assuré que ça va être pour l’amélioration du parc», a déclaré Luc Ménard, président du Centre d’interprétation et d’animation familiale (CINAF) qui gère le parc.

Le parc des Berges a déjà reçu 50 000$ du syndicat pour la réfection du pavillon et des bâtiments adjacents. Selon Gilles Papillon, le site du parc des Berges est symbolique pour plusieurs travailleurs et citoyens. Les terrains étaient liés à l’usine et les gens venaient s’y amuser.

Le don a été présenté le 4 juillet lors des Jeudis musicaux. Cette fois, l’argent servira au réaménagement devant le pavillon et à la reconstruction de la passerelle le long de la rivière, dit M. Ménard. Il attend les études de la ville pour ce dernier projet.

«On est super heureux de ce qui se passe au parc des Berges», a conclu M. Papillon.

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des