Une forêt pour compenser les voyages d’étudiants

Photo de Alain Turgeon
Par Alain Turgeon
Une forêt pour compenser les voyages d’étudiants
La directrice générale de la CS de Portneuf, Marie-Claude Tardif, avec les enseignants Sébastien Du Sablon et Thérèse Gagnon, les élèves et le directeur de l’école, Luc Tremblay, lors de la plantation de la forêt des Avertis . Photo – Alain Turgeon

Les élèves du programme Langue, connaissance et média (LCM) de l’école secondaire de Donnacona veulent réduire leur empreinte carbone. Ils ont planté des arbres pour compenser les gaz à effet de serre (GES) émis lors des voyages de groupes cette année.

Les élèves en LCM font des voyages dans le cadre de leur cours chaque année. Ceux de secondaire 1 sont allés à Philadelphie, ceux de secondaire 3 en Italie et ceux de secondaire 5 ont fait un voyage humanitaire en République dominicaine.

Les enseignants en sciences et technologie, Thérèse Gagnon et Sébastien Du Sablon, ont consulté le site Internet Carbone boréal de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et la Bourse scol’ERE pour calculer les GES émis par ces voyages et les compenser par la plantation d’arbres. Selon les calculs, il faut un arbre pour compenser le déplacement d’un élève à Philadelphie. Chaque élève qui est allé en République dominicaine devrait planter huit arbres. Le voyage en Italie nécessiterait la plantation de 12 arbres par élève pour compenser l’émission de GES, a indiqué Mme Gagnon.

L’école a reçu 150 arbres. Les élèves les ont apportés à la maison lors d’une distribution au mois de mai. Il en restait une vingtaine, dit Mme Gagnon. La directrice générale de la commission scolaire, Marie-Claude Tardif, a suggéré de les planter sur les terrains de l’école. Ceux et celles qui manquent d’espace à la maison pouvaient procéder aux premières plantations de ce qui deviendra la forêt des Avertis. Les arbres cacheront l’immense mur de blocs de béton près du stationnement de l’école et les commerces autour. Les jeunes s’attachent à leur arbre, dit l’enseignante.

Cela entraînera aussi une prise de conscience chez les parents lorsqu’ils planifieront un voyage, dit Mme Tardif. Ils sauront combien d’arbres seront nécessaires pour compenser les gaz à effet de serre que génèrent leurs déplacements.

L’école secondaire de Donnacona est une école verte Brundtland et doit se certifier chaque année. Selon Mme Gagnon, ce projet en fera partie.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des