Courrier de Portneuf Journaliste

L’encombrant

Par Robert Jasmin

De façon familière, on les appelle souvent « les monstres ». Il s’agit de cette collecte, par les éboueurs, de tout ce qui est devenu inutile et qui nous gâche un peu la vie dans son cours normal et que l’on désigne désormais par l’expression, « les encombrants ». J’ai beaucoup cherché pour trouver un titre adéquat à mon billet de cette semaine. J’avais trouvé plusieurs qualificatifs mais une élémentaire décence m’a empêché de les utiliser. C’est donc en pensant aux déchets que mon choix s’est finalement arrêté sur le mot « encombrant » pour désigner le président des États-Unis. Une des lois universelles qui traversent l’histoire de l’humanité est celle-ci : les empires se forment, grandissent, déclinent et s’effondrent. Aucun empire n’a résisté à cette loi. Des petits pays ont même eu une vie plus longue que certains empires. L’empire américain ne fait pas exception. Il était déjà sur son déclin lorsque, par manigances de toutes sortes et par un discours démagogique à l’extrême, un homme s’est hissé au pouvoir. En dix-huit mois, il a réussi à accéder à l’histoire et cet empire lui devra des droits d’auteur sur sa chute. Ce qui est dommage c’est que les institutions démocratiques qui peuvent normalement survivre à la disparition d’un empire, risquent d’être gravement affectées et même ensevelies dans le cas de la chute de l’empire américain. Trump, car il faut bien dire son nom, aura tout sali sur son passage. Narcissique pathologique, il n’a d’intérêt pour personne d’autre que lui-même. Il ne peut tolérer dans son entourage que ceux qui le louangent et il est prompt à se débarrasser de tout conseiller qui questionne ses positions. Le roulement dans le personnel de la Maison blanche est du jamais vu dans l’histoire présidentielle de ce pays. Cet ignorant inculte malmène toutes les institutions garde-fous de la démocratie : les tribunaux (dont il s’empare petit à petit en nommant des juges qui lui sont soumis), le pouvoir législatif, la presse et la constitution elle-même. Il fait fi de toutes les règles diplomatiques, il bouscule et insulte ses alliés, il légifère au profit des plus riches, détruit les règlementations protectrices du bien commun, notamment celles qui assurent le minimum en matière environnementale. Au moment où j’écris ces lignes, il s’apprête à atterrir à Bagotville pour venir affaiblir le peu de pouvoir que les démocraties ont pu conserver devant les Monsanto et pétrolières de ce monde. Est-il surprenant qu’il se sente plus d’affinités avec le dictateur de la Corée du Nord ?

Partager cet article