Courrier de Portneuf Journaliste

Avoir un emploi, malgré la différence: la réussite d’Antoine Chantal-Piché

Photo de Francis Beaudry
Par Francis Beaudry
Avoir un emploi, malgré la différence: la réussite d’Antoine Chantal-Piché

Antoine Chantal-Piché est un jeune adulte de 20 ans qui habite à Saint-Basile. Comme plusieurs jeunes de son âge, il étudie au cégep, il aime jouer aux jeux vidéos et il travaille à temps partiel pour obtenir un peu d’argent pour ses projets.

Si ce portrait initial peut sembler assez banal, la réalité est un peu plus exceptionnelle. Antoine souffre de troubles du spectre de l’autisme, il est différent des jeunes de son âge. Pour des personnes comme lui, avoir un emploi comme tout le monde, c’est parfois très compliqué.

Un emploi utile, sur mesure

L’emploi d’Antoine chez la Promutuel Portneuf-Champlain à Saint-Basile lui a été créé sur mesure, selon ses capacités et ses forces. Selon Laurie Jobin, conseillère en gestion des ressources humaines pour l’entreprise, c’est «une migration vers le sans-papier» qui a mené à la création de son poste.

Avec ses bonnes connaissances en informatique, le jeune étudiant en programmation multimédia au Cégep de Sainte-Foy numérise les documents et fait la gestion des fichiers correspondants. Cette tâche, qu’il peut accomplir à son rythme, est idéale pour Antoine. «Je peux appeler et leur dire que je ne peux pas travailler si j’ai besoin d’étudier pour un gros examen», explique-t-il.

Pour Alain Papillon, directeur entreprises et courtage chez Promutuel, le travail d’Antoine est important dans les opérations de l’entreprise. «Avec le travail d’Antoine, j’ai la possibilité d’accéder à tous nos documents, que je sois à nos bureaux de Sainte-Foy, à Cap-de-la-Madeleine, à Saint-Basile ou encore à la maison», explique-t-il.

Pour Promutuel, le travail d’Antoine et son comportement comme employé sont deux atouts importants. «On sait que s’il dit qu’il va être présent, il sera présent et on sait aussi qu’il n’hésitera pas à nous donner signe de vie s’il doit être absent, ce qui est mieux que certains de nos autres employés parfois», explique Alain Papillon en riant. «La qualité [du travail d’Antoine] est présente, on voit un souci du détail et du travail bien fait», ajoute Laurie Jobin.

Accueillir un employé, pour redonner à la communauté

Antoine a dit être impressionné par l’accueil de Promutuel et du fait qu’il avait «son propre bureau avec son propre ordinateur avec trois écrans». Il a aussi reçu un accueil très chaleureux de la part des employés du bureau. Laurie Jobin, de son côté, voit que les employés «apprécient la présence d’Antoine parmi eux».

Le travail d’Antoine, selon Alain Papillon, c’est aussi une occasion pour l’entreprise de donner à son milieu. «Antoine, c’est un jeune de Saint-Basile, on est contents de pouvoir lui donner sa chance parce que ça nous donne l’opportunité d’investir dans notre milieu», indique-t-il.

 

Je sens que c’est le fun pour tout le monde de travailler avec Antoine, c’est le fun de pouvoir lui donner une chance d’apprendre à travailler, de savoir ce que c’est recevoir une paie

– Alain Papillon, directeur entreprises et courtage chez Promutuel

 

Pour Alain Papillon, l’initiative que Promutuel a prise avec Antoine depuis juillet devrait être suivie par toutes les entreprises. «C’est une opportunité que toutes les entreprises devraient saisir, plaide-t-il. Parfois on a des craintes de manque de temps ou de manque de personnel, mais de permettre à un jeune, qu’il soit autiste ou avec autre trouble, de s’intégrer c’est aller beaucoup plus loin que de juste donner un emploi à quelqu’un.»

Une différence à comprendre

Selon la Fédération québécoise de l’autisme, les principales caractéristiques du trouble sont «des difficultés importantes dans deux domaines, soit la communication et les interactions sociales et les comportements, activités et intérêts restreints ou répétitifs». En 2016, il y avait 14 429 élèves autistes en formation générale au Québec.

Selon Antoine, plusieurs jeunes qui souffrent d’un trouble comparable au sien ne travaillent pas pour des raisons environnementales. «La plupart des emplois offrent un environnement stressant et plein d’imprévus, ce qui est difficile à gérer pour des personnes autistes», explique-t-il. Son emploi chez Promutuel est idéal pour lui: «Mis à part les feuilles qui bloquent dans le “scanner”, il y a peu d’imprévus», dit-il.

Pour en savoir plus sur l’autisme, vous pouvez visiter http://www.autisme.qc.ca.

Partager cet article