Courrier de Portneuf Journaliste

Le Haricot rose à Pont-Rouge a 30 ans

Le Haricot rose à Pont-Rouge a 30 ans

Le Haricot rose a beaucoup grandi depuis qu’Élène Perron a accueilli les premiers enfants au service de garde en 1984. Ils étaient une quinzaine. Maintenant, 570 des 750 élèves le fréquentent. Selon Mme Perron, le service de garde en accueille toujours au moins 500 chaque jour. Ils étaient 350 il y a cinq ans.

Leur nombre a augmenté considérablement cette année. On en compte 120 de plus. La hausse du coût du transport scolaire n’y est pas étrangère, croit Mme Perron.

Le service de garde emploie 32 personnes. Tout est structuré, organisé et planifié, ce qui est rassurant pour les enfants, affirme Mme Perron. Ils dînent dans les deux écoles et profitent de la cafétéria du pavillon Saint-Charles. Les jeunes peuvent circuler d’une école à l’autre sans sortir et chaque groupe a son parc.

Mme Perron est fière de la croissance de la clientèle et de la confiance qu’accordent les parents au service de garde. Plusieurs l’ont eux-mêmes fréquenté. «Les parents gardent de beaux souvenirs du service de garde. C’est plaisant», dit la responsable, toujours aussi passionnée.

Les enfants lui ont préparé une fête le 26 septembre et 300 y ont participé lors de cette journée pédagogique à la grande surprise de Mme Perron.

Le Haricot rose est le deuxième service de garde en milieu scolaire à avoir vu le jour dans Portneuf peu de temps après celui de Neuville.

Partager cet article