La Coopérative du Courrier de Portneuf, pour en savoir plus sur nous

Abonnez-vous gratuitement à l'infolettre quotidienne.

Membre de :

Hebdos Québec
Réseau Sélect

ACTUALITÉS

7 août 2012 à 15h32

Le PQ incarne l’espoir, selon son candidat René Perreault

Le candidat péquiste René Perreault a lancé sa campagne le 6 août à Donnacona.

Le candidat péquiste René Perreault a lancé sa campagne le 6 août à Donnacona.
Photo: Alain Turgeon

Le candidat péquiste René Perreault a lancé sa campagne le 6 août à Donnacona.
Photo: Alain Turgeon

Le candidat du Parti québécois René Perreault croit que seul son parti peut ramener la confiance des Québécois.

René Perreault a inauguré son local électoral hier à Donnacona donnant le coup d’envoi officiel à sa campagne.

Le candidat s’est attaqué au bilan du gouvernement libéral et il affirme que le Parti québécois remettra le Québec sur le droit chemin. «Le PQ ramènera la confiance des Québécois. Le PQ est le parti du peuple et il représente l’honnêteté et l’espoir», a-t-il déclaré peu de temps après avoir fouetté ses troupes pour la campagne.

Selon M. Perreault, Jean Charest utilise la crise étudiante pour cacher son bilan. Corruption, collusion, loi 78 et don des richesses du nord sont du lot, note-t-il. «Les gens ne sont pas dupes. M. Charest doit respecter les Québécois», a-t-il affirmé dans son discours inaugural. Selon le candidat péquiste, la Coalition Avenir Québec et son candidat vedette Jacques Duchesneau n’ont pas le monopole de l’intégrité et de l’éthique. Le PQ a dénoncé la corruption alors qu’il était dans l’opposition, rappelle-t-il.

Enjeux

René Perreault en est à sa deuxième campagne électorale. Il dit bien connaître la circonscription et ses problèmes. Le candidat veut parler d’économie, de santé et de développement durable. Ses enjeux : l’aéroport de Neuville, la découverture médicale dans les urgences et la protection des plans de retraite des employés. Il promet de régler les découvertures dans les urgences, ce que n’ont pas réussi à faire les députés adéquiste et libéral depuis 2007. «Raymond Francoeur a dit que les urgences c’était réglé et Michel Matte qu’il le règlerait, mais ce n’est pas encore fait», a-t-il déclaré. Selon lui, c’est le Parti québécois et la députée Agnès Maltais qui ont défendu les citoyens de Neuville contre l’aéroport.

Le candidat péquiste s’est refusé à évaluer le travail de son adversaire libéral et de son gouvernement, mais il a dénoncé la pluie de subventions qui a précédé la campagne électorale. «Je suis content pour ceux qui les ont reçues, mais ce n’est pas responsable d’utiliser l’argent public alors que le gouvernement savait qu’il déclencherait des élections», a-t-il commenté, faisant remarquer que la dette a augmenté de 63 milliards de dollars depuis 2003.

M. Perreault demande aux citoyens d’aller voter le 4 septembre. Une course à six ne l’inquiète pas. «C’est la démocratie. Les gens auront le choix, mais le vrai choix, c’est le Parti québécois», a-t-il conclu.

Plus de nouvelles Plus de nouvelles





Vos commentaires sur cet article

0 commentaires / Ajouter un commentaire

Faites-nous part d'une nouvelle

Pneus Faucher


Photo précédente Photo suivante


Pour joindre les journalistes du Courrier
Municipalités et organismes
Consultez la section spéciale emploi
Pour tout trouver... ou acheter !